Paris favorable à ce qu'Anne Lauvergeon préside le CA d'EADS

dimanche 27 janvier 2013 17h19
 

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français est favorable à la nomination de l'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon à la présidence du conseil d'administration d'EADS, ont déclaré dimanche à Reuters les services du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Le poste est actuellement occupé par Arnaud Lagardère, dont le groupe éponyme a décidé de se retirer du capital du constructeur aéronautique européen, ainsi que l'allemand Daimler, ce qui a provoqué une nouvelle organisation d'EADS et de sa gouvernance.

Anne Lauvergeon, évincée en 2011 de la direction d'Areva, a été proposée par EADS pour devenir administratrice de la holding de défense chargée, dans le cadre de cette nouvelle gouvernance, de protéger les intérêts stratégiques des Etats français et allemand au sein du groupe aéronautique, précise Matignon.

C'est en tant que telle qu'elle entrerait aussi au conseil d'administration d'EADS, dont elle pourrait alors être nommée à la présidence.

"Le gouvernement y est très favorable", déclare-t-on dans l'entourage du Premier ministre. "En tant qu'actionnaire, nous pensons qu'elle a toute les qualités requises pour être présidente non exécutive d'EADS."

Matignon a ainsi confirmé des informations du Journal du Dimanche, propriété du groupe Lagardère.

Contacté par Reuters, EADS a refusé de commenter ces informations mais rappelé qu'il revenait in fine à l'Allemand Tom Enders, président exécutif d'EADS, de proposer les noms des futurs administrateurs au comité des nominations du groupe.

"Ce n'est pas l'Etat français qui décide, c'est Tom Enders et il va falloir que les Etats actionnaires le comprennent", dit-on de source proche de la direction du groupe. "Le but de la nouvelle gouvernance est de réduire l'influence des Etats."   Suite...

 
Le gouvernement français est favorable à la nomination de l'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon à la présidence du conseil d'administration d'EADS. Contacté par Reuters, EADS a refusé de commenter ces informations mais rappelé qu'il revenait in fine à l'Allemand Tom Enders, président exécutif d'EADS, de proposer les noms des futurs administrateurs au comité des nominations du groupe. /Photo prise le 16 octobre 2012/REUTERS/Charles Platiau