Handball: fin de série pour les Bleus

jeudi 24 janvier 2013 08h02
 

par Sophie Greuil

SARAGOSSE, Espagne (Reuters) - Battue en quart de finale du championnat du monde de handball par la Croatie (30-23), la France voit son rêve de gagner une cinquième étoile s'envoler en même temps qu'elle voit Didier Dinart et Daouda Karaboué prendre leur retraite.

Et ce au terme d'un tournoi disputé en Espagne où, de l'aveu même de l'entraîneur Sylvain Nouet, les Experts ont "toujours couru après".

Après la rencontre contre les Croates "qui savent jouer au ballon et être truqueurs quand il le faut", l'entraîneur des Experts ne cherchait aucune excuse.

"Nous avons couru après notre niveau de jeu pendant toute cette compétition. Nous n'avons pas été combatifs. Nous n'avons pas pesé, nous n'avons pas été en mouvement. Nous avons subi le jeu, manqué de confiance et de fraîcheur. Nous n'avons pas été à la guerre, absents de tous les secteurs de jeu", a-t-il dit.

"Sur ce quart de finale, notre défense n'a pas été suffisamment active tant nous n'avons touché personne. Nous avons été insuffisants en montées de balles. Nous avons joué presque en marchant. Nous n'avons pas su tirer de loin. Bref, nous avons cumulé les handicaps."

Entraîneur des doubles champions olympiques, du monde et d'Europe depuis juin 2001, Sylvain Nouet voit en cette élimination "une faillite collective et individuelle".

Après avoir vu des Bleus brouillons à l'image de Nikola Karabatic, auteur d'un unique but sur quatre tirs et qui s'est dit "triste pour ceux qui s'arrêtent de n'avoir pu finir sur une médaille", Nouet enfonce le clou.

"PASSÉS À CÔTÉ"   Suite...

 
Le Français Nikola Karabatic (à gauche), contré par le Croate Marko Kopljar en quart de finale du championnat du monde de handball, mercredi à Saragosse. Double championne olympique, l'équipe de France de handball ne briguera pas un troisième titre mondial consécutif après sa défaite en quart de finale mercredi, à Saragosse (Espagne), face à la Croatie (30-23). /Photo prise le 23 janvier 2013/REUTERS/Marko Djurica