Forte hausse des expulsions de sans-papiers en 2012

mardi 22 janvier 2013 20h51
 

PARIS (Reuters) - Les expulsions de sans-papiers ont été en forte hausse en 2012 en France avec plus de 36.000 reconduites à la frontière, soit 12% de plus qu'en 2011, selon des chiffres encore provisoires obtenus mardi auprès du ministère de l'Intérieur.

Le ministère ne commentera les résultats 2012 que lorsqu'ils auront été "consolidés" et ce dans plusieurs mois, a-t-on précisé dans l'entourage de Manuel Valls.

Libération.fr a fait état lundi de 36.800 reconduites à la frontière en 2012.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait lui-même indiqué en octobre dernier qu'il y aurait plus d'expulsions en 2012 que l'année précédente.

Il avait affiché à son arrivée place Beauvau sa volonté de maintenir la politique de fermeté adoptée pendant le mandat de Nicolas Sarkozy, sans toutefois se fixer des objectifs chiffrés comme son prédécesseur, Claude Guéant.

Ce dernier avait prévu de porter le nombre des expulsions à 40.000 en 2012, au lieu de 30.000 en 2011, si Nicolas Sarkozy avait été réélu.

Selon Libération.fr, la hausse des expulsions est essentiellement due aux deux premiers mois de l'année 2012, alors que la droite était encore au pouvoir.

Pendant le second semestre de 2012, le nombre d'expulsions a baissé en raison de l'application en droit français de la décision de la Cour de justice européenne de mettre un terme à la garde à vue des sans-papiers.

Avant l'entrée en vigueur de cette mesure, des procureurs et des juges des libertés et de la détention l'avaient anticipée, limitant le nombre de placements en garde à vue et, mécaniquement, celui des reconduites à la frontière.

Gérard Bon, édité par Sophie Louet

 
Une famille de Roms tout juste expulsée de France à son arrivée à l'aéroport de Bucarest, en septembre dernier. Les expulsions de sans-papiers ont été en forte hausse en 2012 en France avec plus de 36.000 reconduites à la frontière, soit 12% de plus qu'en 2011, selon des chiffres encore provisoires obtenus mardi auprès du ministère de l'Intérieur. /Photo prise le 13 septembre 2012/ REUTERS/Radu Sigheti