Paris et Berlin témoignent de leur ambition pour la zone euro

mardi 22 janvier 2013 18h35
 

par Emmanuel Jarry

BERLIN (Reuters) - Paris et Berlin ont promis mardi, lors du 50e anniversaire du traité d'amitié qui a scellé leur réconciliation en 1963, des "initiatives ambitieuses" pour approfondir l'intégration de l'Union européenne et garantir la stabilité de la zone euro.

Le "couple franco-allemand", en quête d'un nouveau souffle, est souvent apparu en désaccord sur ces questions ces dernières années, ce qui a alimenté les interrogations sur sa solidité, malgré les compromis qu'il finit toujours par conclure, notamment pour sauver la zone euro.

Toute la journée, la chancelière chrétienne démocrate allemande et le président socialiste français se sont employés à conjurer les doutes sur l'état des relations franco-allemandes en multipliant signaux et déclarations d'intention et d'amitié.

"Ce que nous vivons est plutôt un point haut de l'amitié entre la France et l'Allemagne", a assuré François Hollande lors d'une conférence de presse commune, après la réunion du 15e conseil des ministres franco-allemand.

"Entre nous, le courant passe sans qu'il soit besoin de mettre de l'électricité", a-t-il plaisanté.

Angela Merkel a abondé dans son sens, tout en précisant, malicieuse, que c'était "peut-être le secret le mieux gardé".

Les deux dirigeants sont passés au tutoiement en privé et même, pour ce qui concerne la chancelière, pourtant peu encline aux familiarités, en public -"Je voudrais te remercier de m'avoir invitée (...) à marcher sur les traces de Konrad Adenauer et Charles de Gaulle" (les signataires du traité de l'Elysée), a-t-elle dit devant un millier de parlementaires des deux pays réunis au Bundestag.

"DÉCLARATION DE BERLIN"   Suite...

 
La chancelière allemande Angela Merkel et François Hollande ont promis mardi à Berlin, à l'occasion du 50e anniversaire du traité d'amitié qui a scellé la réconciliation entre leurs deux pays en 1963, des "initiatives ambitieuses" pour approfondir l'intégration de l'Union européenne et garantir la stabilité de la zone euro. /Photo prise le 22 janvier 2013/REUTERS/Thomas Peter