22 janvier 2013 / 09:40 / il y a 5 ans

Copé juge Hollande responsable des problèmes franco-allemands

Jean-François Copé accuse François Hollande d'avoir une "responsabilité personnelle" dans les difficultés du couple franco-allemand, qui célèbre mardi à Berlin le 50e anniversaire du traité d'amitié entre l'Allemagne et la France. /Photo prise le 18 décembre 2012/Charles Platiau

BERLIN (Reuters) - Jean-François Copé accuse François Hollande d'avoir une "responsabilité personnelle" dans les difficultés du couple franco-allemand, qui célèbre mardi à Berlin le 50e anniversaire du traité d'amitié entre l'Allemagne et la France.

Le président du principal parti d'opposition en France est arrivé lundi dans la capitale allemande avec plusieurs centaines d'autres parlementaires français pour participer à la commémoration de la signature du traité de l'Elysée.

Lundi soir, lors d'une intervention à la Fondation Konrad Adenauer, proche de la CDU de la chancelière Angela Merkel, il a estimé que le couple franco-allemand ne fonctionnait "plus aussi bien" depuis l'élection de François Hollande le 6 mai 2012.

"L'absence de complicité entre le président français et la chancelière allemande n'est un secret pour personne", a-t-il dit selon le texte de son intervention.

"Que dire des tentatives malvenues de Français Hollande de nouer des alliances de circonstances en cherchant à contourner l'Allemagne au mois de juin dernier ?" a-t-il ajouté. "Elles ne sont ni dignes de notre amitié, ni à la hauteur des enjeux. Oui, il y a bien une responsabilité personnelle du président français dans la dégradation du tandem franco-allemand."

Il faisait notamment allusion au rapprochement entre François Hollande et les chefs de gouvernement italien et espagnol, Mario Monti et Mariano Rajoy.

"A lui désormais de faire le nécessaire, au-delà des célébrations solennelles, pour restaurer la confiance", a ajouté François Copé.

"Durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, beaucoup a été fait. La France s'était engagée sur la bonne voie (réforme des retraites, défiscalisation des heures supplémentaires, TVA anti-délocalisation).

Jean-François Copé s'en est également pris à certains choix allemands en matière de politique étrangère.

"La France a été surprise et même, avouons-le, déçue par l'abstention allemande au Conseil de sécurité lors du conflit libyen", a-t-il dit.

"De même, l'opinion publique française s'étonne que l'Allemagne ne prenne pas davantage part à l'opération militaire au Mali visant à éradiquer les organisations terroristes qui nous menacent tous", a-t-il ajouté.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below