La crise réduit la consommation d'électricité des entreprises

mardi 22 janvier 2013 09h53
 

PARIS (Reuters) - La consommation d'électricité en France a augmenté en 2012 chez les particuliers mais diminué dans l'industrie et les petites entreprises en raison des effets de la crise économique, a annoncé mardi le réseau de transport d'électricité RTE.

La France a connu en février dernier l'une des pires vagues de froid des dernières décennies, qui a contribué à l'augmentation de 2,1% de la consommation globale par rapport à 2011, dit RTE, soulignant des disparités selon les secteurs.

"La consommation de la grande industrie continue à baisser à un rythme de 4% par an. La consommation des PMI/PME ne présente qu'un recul plus modéré, de l'ordre de -1%", a dit dans un communiqué RTE, précisant que ces diminutions étaient dues aux baisses d'activités liées à la crise.

"A l'inverse, la consommation des particuliers et professionnels continue de progresser régulièrement à +2,4% par an", précise le gestionnaire des 100.000 km de lignes à haute tension françaises.

Le gouvernement s'est engagé à agir sur la consommation d'énergie en France, notamment à travers un plan de rénovation thermique des logements attendu fin janvier. Les logements consomment environ un tiers de l'énergie finale en France.

Le parc immobilier est globalement mal isolé et suréquipé en chauffage électrique par rapport aux voisins européens, faisant bondir la consommation d'électricité lorsque la température diminue.

Lors de la vague de froid de février dernier, la France a atteint des records de consommation d'électricité, à plus de 100.000 mégawatts (MW).

L'ALLEMAGNE AU SECOURS DE LA FRANCE

En 2012, les centrales nucléaires ont fourni 74,8% de l'électricité française, en recul de 4% par rapport à 2011, tandis que les énergies renouvelables ont augmenté de plus de 23% leur participation dans le mix électrique.   Suite...

 
La consommation d'électricité en France a augmenté en 2012 chez les particuliers mais diminué dans l'industrie et les petites entreprises en raison des effets de la crise économique. /Photo d'archives/REUTERS/Siphiwe Sibeko