Merkel et Hollande s'efforcent de gommer leurs divergences

lundi 21 janvier 2013 21h01
 

par Emmanuel Jarry

BERLIN (Reuters) - Angela Merkel et François Hollande se sont efforcés lundi à Berlin de gommer leurs divergences pour célébrer l'amitié franco-allemande, à la veille du 50e anniversaire du traité de l'Elysée, qui a scellé la réconciliation entre les deux pays.

A l'heure où des voix s'élèvent à Paris pour regretter un manque de soutien de l'Allemagne à l'intervention militaire de la France au Mali, le président français est ainsi venu au secours de la chancelière allemande, lors d'une rencontre avec 200 jeunes.

"L'Allemagne, les Européens, nous ont immédiatement apporté leur soutien", a-t-il déclaré en réponse à un élève officier français. "Soutien en termes de transports - c'est le cas d'ailleurs pour l'Allemagne. Soutien en termes de formation des militaires africains (...) ou en termes financiers, ce qui n'est pas négligeable."

Angela Merkel a invoqué le manque d'expérience de son pays en Afrique et les procédures de décision allemandes pour expliquer un manque de réactivité qui avait été encore plus patent lors de la crise libyenne, en 2011.

Elle a cependant admis que l'Europe de la défense devait avancer plus vite - sujet cher à la France - et plaidé pour un changement des procédures de décision de son pays face à des crises comme celles du Mali.

"Chaque fois que l'armée allemande doit être envoyée quelque part, c'est au Parlement allemand d'en décider", a-t-elle dit en rappelant les raisons liées à la Seconde Guerre mondiale.

"Il faut essayer d'approfondir le débat avec nos députés, il faut quand même qu'on puisse compter sur l'Allemagne, qu'elle soit réellement disponible", a-t-elle ajouté. "Je pense que, dans les prochaines législatures, c'est un débat qu'il faudrait conduire."

HISTOIRE ENJOLIVÉE   Suite...

 
Angela Merkel et François Hollande se sont efforcés lundi à Berlin de gommer leurs divergences pour célébrer l'amitié franco-allemande, à la veille du 50e anniversaire du traité de l'Elysée, qui a scellé la réconciliation entre les deux pays. /Photo prise le 21 janvier 2013/REUTERS/Kay Nietfeld/Pool