Des objectifs français de plus en plus ambitieux au Mali

lundi 21 janvier 2013 14h40
 

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Bloquer l'avancée des islamistes, les "détruire", assurer la transition politique à Bamako, "vaincre le terrorisme dans cette partie-là de l'Afrique" : les objectifs affichés de l'opération française au Mali évoluent sans cesse vers plus d'ambition.

Au dixième jour de l'opération Serval, quelque 2.000 soldats français sont déployés au Mali, où ils prêtent main forte à l'armée nationale en attendant le déploiement d'une force africaine censée tenir tête à des islamistes organisés et lourdement armés qui occupent le nord du pays semi-désertique de 15 millions d'habitants.

Leur objectif ? La "reconquête totale" du Mali, selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. "On ne va pas laisser des poches de résistance", assurait-il dimanche sur France 5.

La veille en Corrèze, François Hollande affirmait que l'opération durerait "le temps nécessaire pour que le terrorisme soit vaincu dans cette partie-là de l'Afrique".

Un objectif autrement plus audacieux que celui fixé au début de l'intervention, le 11 janvier. Le président, chef des armées, parlait alors "'essentiellement de bloquer la progression vers le sud des terroristes criminels" et de protéger les quelque 6.000 ressortissants français du Mali.

Inquiète de la "solitude" de la France, unique puissance occidentale ayant engagé des hommes, l'opposition de droite s'interrogeait lundi sur les finalités de l'opération.

"Est-ce que c'est la lutte contre le terrorisme international ? Est-ce que c'est la lutte contre le terrorisme dans cette région ? Est-ce c'est de permettre la réunification du Mali ?", a demandé l'UMP Jean-François Copé sur BFM-TV

OBAMA A ENCOURAGÉ HOLLANDE À AGIR   Suite...

 
Militaires français sur une base aérienne malienne près de Bamako. Au dixième jour de l'opération Serval, quelque 2.000 soldats français sont déployés au Mali, où ils prêtent main forte à l'armée nationale en attendant le déploiement d'une force africaine censée tenir tête à des islamistes qui occupent le nord du pays semi-désertique de 15 millions d'habitants. Selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, leur objectif actuel est la "reconquête totale" du Mali. /Photo prise le 19 janvier 2013/REUTERS/Eric Gaillard