Information judiciaire après le meurtre des militantes Kurdes

lundi 21 janvier 2013 09h42
 

PARIS (Reuters) - Le parquet de Paris a ouvert lundi une information judiciaire pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" dans le cadre de l'enquête sur la mort de trois militantes kurdes, a-t-on appris de source judiciaire.

Deux Kurdes de 39 et 30 ans ont été placés en garde à vue la semaine dernière dans le cadre de l'enquête sur ce triple assassinat lié, par les responsables de la communauté kurde, à la relance du processus de paix entre Ankara et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Le plus jeune a été déféré dans la nuit de dimanche à lundi et sera présenté lundi matin à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen, a-t-on appris de source judiciaire. La garde à vue du second a été levée, a-t-on appris de même source.

Les trois femmes, dont une membre fondatrice du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont été tuées de plusieurs balles dans la tête dans les locaux du Centre d'information du Kurdistan, à Paris, le 9 janvier dernier.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a évoqué la piste d'un règlement de comptes interne à la rébellion kurde pour expliquer le meurtre des trois militantes.

Le PKK, qui a pris les armes en 1984 afin d'obtenir un statut d'autonomie pour les Kurdes de Turquie, est considéré comme une organisation "terroriste" par Ankara, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Nicolas Bertin, avec Marine Pennetier, édité par Danielle Rouquié

 
Le parquet de Paris a ouvert lundi une information judiciaire pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" dans le cadre de l'enquête sur la mort de trois militantes kurdes. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau