Algérie-Une trentaine d'étrangers manquent à l'appel

vendredi 18 janvier 2013 21h59
 

par Lamine Chikhi

ALGER (Reuters) - Une trentaine d'étrangers manquent toujours à l'appel sur le complexe gazier de Tiguentourine, dans le sud-est de l'Algérie, mais le nombre d'otages du commando djihadiste qui contrôle encore une partie du complexe reste incertain, a-t-on appris vendredi de source sécuritaire algérienne.

L'agence de presse officielle algérienne APS, qui cite aussi une source sécuritaire, a confirmé que le siège se poursuivait et que l'armée espérait un "dénouement pacifique" au lendemain de l'assaut qui a coûté la vie à une trentaine d'otages et à au moins 18 ravisseurs.

"Environ 100 des 132 otages étrangers ont été libérés", a déclaré à Reuters la source sécuritaire algérienne, parlant d'une "situation peu claire qui change rapidement".

"(L'armée) tente encore de parvenir à un 'dénouement pacifique' avant de neutraliser le groupe terroriste qui s'est retranché dans la raffinerie et de libérer un groupe d'otages encore détenus", a dit de son côté la source d'APS.

Une trentaine de ressortissants étrangers sont manquants, mais la source interrogée par Reuters a confié que certains pourraient encore se cacher dans l'immense complexe ou avoir été tués.

Un Français, Yann Desjeux, a été tué lors de l'opération menée par l'armée algérienne pour tenter de libérer les otages et trois autres ont eu la vie sauve, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères.

"Les autorités algériennes viennent de nous informer qu'au cours de l'opération de libération des otages détenus à In Aménas, l'un de nos compatriotes, M. Yann Desjeux, avait malheureusement perdu la vie", écrit Laurent Fabius dans un communiqué. "Trois autres de nos concitoyens, également présents sur le site lors de l'attaque des terroristes, ont la vie sauve."

Selon une source sécuritaire algérienne, deux Britanniques et deux Japonais ont également péri.   Suite...

 
Une trentaine d'étrangers manquaient toujours à l'appel vendredi sur le complexe gazier de Tiguentourine, dans le sud-est de l'Algérie, après la prise d'otages par un commando djihadiste qui contrôle encore une partie du site. Un Français, Yann Desjeux, a été tué lors de l'opération menée par l'armée algérienne et trois autres ont eu la vie sauve. /Photo d'archives/REUTERS/Kjetil Alsvik/Statoil