Une explosion fait 12 morts dans un faubourg d'Alep

vendredi 18 janvier 2013 18h53
 

BEYROUTH (Reuters) - Une explosion a tué vendredi douze personnes dans un faubourg d'Alep contrôlé par le gouvernement du président syrien Bachar al Assad, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'OSDH, une ONG proche de l'opposition basée à Londres et qui dispose d'un important réseau d'informateurs sur le terrain, a également fait état de dizaines de blessés dans le quartier de Mouhafaza Sakiania, à la périphérie ouest d'Alep, deuxième ville du pays.

La télévision nationale syrienne, dont les images montrent la façade détruite d'un immeuble, a attribué l'explosion à une roquette lancée par des "terroristes", le terme qui désigne officiellement les insurgés contre le président Assad.

Toutefois, des mouvements d'opposition avancent une version diamétralement opposée en affirmant que les insurgés n'ont pas les moyens militaires de mener une telle attaque et que ce sont les forces gouvernementales qui ont mené un raid aérien.

Les deux camps se sont déjà rejeté la responsabilité de l'attaque de l'université d'Alep, où au moins 87 personnes ont été tuées mardi par deux explosions.

Des affrontements ont également eu lieu vendredi dans la capitale Damas, où des habitants ont rapporté des bombardements aériens menés par l'armée sur des faubourgs contrôlés par la rébellion.

Des opposants ont en outre diffusé une vidéo, tournée dans la banlieue de Douma, à l'est de Damas, où l'on voit les corps d'une dizaine d'hommes, dont les mains sont ligotées, et qui semblent avoir été exécutés par balles.

Dans le Sud, près de la frontière jordanienne, une voiture piégée a explosé devant une mosquée dans un camp de réfugiés de la ville de Dera, et a tué au moins cinq personnes, selon des opposants.

Alexander Dziadosz et Erika Solomon; Jean-Loup Fiévet et Julien Dury pour le service français

 
Une explosion dans un faubourg d'Alep, la deuxième ville de Syrie, a fait douze morts. Elle s'est produite dans un secteur tenu par les forces gouvernementales fidèles au président Bachar al Assad. /Photo prise le 18 janvier 2013/REUTERS/George Ourfalian