Michel Sapin confiant sur un rebond et sur le climat social

vendredi 18 janvier 2013 16h00
 

par Yann Le Guernigou et Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français espère que l'accord sur une réforme du marché du travail servira d'accélérateur pour les embauches des entreprises une fois que la reprise économique sera là, au deuxième semestre 2013, a déclaré vendredi Michel Sapin.

Le ministre du Travail, qui s'exprimait lors d'une rencontre avec la rédaction de Reuters, a indiqué en outre que les futures négociations sur une nouvelle convention de l'assurance chômage devraient prendre en compte l'objectif de retour à l'équilibre global des finances publiques.

Quant à la réforme du financement de la protection sociale, un autre chantier au menu d'un agenda social 2013 très chargé, il a exprimé son "extrême réticence" sur toute nouvelle hausse des prélèvements obligatoires.

Pour Michel Sapin, l'accord patronat-syndicats conclu en fin de semaine passée sur une réforme du marché du travail, qui introduit plus de flexibilité pour les entreprises en échange de plus de sécurité pour les salariés, est "décisif" pour l'image de la France à l'étranger.

"Je pense que le regard va changer et qu'on arrêtera de considérer que la France est simplement une histoire de 75%", dit-il dans une allusion à la surtaxe sur les très hauts salaires du budget 2013 que le Conseil constitutionnel a invalidée.

Il attend deux effets de cet accord. A court terme, il permettra, avec ses dispositions sur le maintien de l'emploi, que "le licenciement ne soit plus la valeur d'ajustement automatique lorsqu'une entreprise rencontre des difficultés".

Puis, combiné au crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi et à des mesures comme le contrat de génération, il doit servir d'"accélérateur" pour les embauches des entreprises dès que la reprise viendra.

TRANSCRIPTION FIDÈLE   Suite...

 
Michel Sapin a déclaré à Reuters que le gouvernement français espérait que l'accord sur une réforme du marché du travail servirait d'accélérateur pour les embauches des entreprises une fois que la reprise économique serait là, au deuxième semestre 2013. Le ministre du Travail a indiqué en outre que les futures négociations sur une nouvelle convention de l'assurance chômage devraient prendre en compte l'objectif de retour à l'équilibre global des finances publiques. /Photo prise le 18 janvier 2013/REUTERS/Charles Platiau