L'Algérie tente de mettre fin à la prise d'otages

jeudi 17 janvier 2013 16h48
 

par Lamine Chikhi

ALGER (Reuters) - Vingt-cinq otages étrangers sont parvenus à s'enfuir mais six ont été tués jeudi dans l'opération lancée par l'armée algérienne sur le site gazier d'In Amenas, dans l'est de l'Algérie, a-t-on appris de sources algériennes.

Les informations sur cette opération restent confuses et difficiles à confirmer. Selon l'agence de presse mauritanienne Ani, qui cite un membre du commando islamiste avec lequel elle est en contact permanent, sept des otages étrangers sont toujours en vie. Il s'agit de deux Américains, trois Belges, un Japonais et un Britannique.

Sans plus de détails, l'agence algérienne APS indique quant à elle que quatre étrangers, parmi lesquels un Français, ont été libérés, ainsi que 600 employés algériens.

François Hollande a confirmé qu'il y avait des Français parmi les otages, sans en préciser le nombre.

"La situation est très confuse sur ce site, elle évolue heure par heure. Dès lors, toute communication pourrait apparaître presque comme dépassée par les événements", a dit le président français.

Les installations gazières d'In Amenas sont occupées depuis mercredi matin par des membres de la "Katiba des Moulathamine", ("ceux qui signent de leur sang"), issue d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils disent agir en représailles à l'intervention militaire française au Mali et à l'ouverture de l'espace aérien algérien aux avions français.

Vingt-cinq otages étrangers sont parvenus à s'enfuir, a-t-on appris de source proche des services de sécurité algériens. Un habitant d'In Amenas interrogé par Reuters a avancé le bilan de six morts parmi les otages et de huit tués parmi leurs ravisseurs. Il indique en outre que 180 Algériens ont pu prendre la fuite.

Alger a informé les autorités françaises, britanniques et norvégiennes qu'une opération militaire était en cours sur le site. Les installations gazières d'In Amenas sont exploitées par un consortium comprenant British Petroleum, le Norvégien Statoil et la compagnie algérienne Sonatrach.   Suite...

 
Vingt-cinq otages étrangers sont parvenus à s'enfuir mais six ont été tués jeudi dans l'opération lancée par l'armée algérienne sur le site gazier d'In Amenas, dans l'est de l'Algérie, a-t-on appris de sources algériennes. Les informations sur cette opération restent confuses et difficiles à confirmer. /Photo d'archives/REUTERS/Kjetil Alsvik/Statoil