"La France n'est pas seule au Mali", assure François Hollande

mercredi 16 janvier 2013 20h03
 

PARIS (Reuters) - François Hollande a assuré mercredi que la France n'était pas seule au Mali, en réponse au président de l'UMP Jean-François Copé s'inquiétant mercredi de la "solitude" de Paris dans cette opération.

La France, qui a lancé la mission Serval vendredi dernier, a reçu le soutien de la communauté internationale et des renforts matériels, mais ne bénéficie pas d'appuis opérationnels sur le terrain.

La menace d'attentat et d'enlèvement, liée à la situation au Mali, s'accroît "encore tout particulièrement" dans la zone sahélienne, a déclaré le ministère des Affaires étrangères, après une prise d'otages mercredi sur une installation gazière, dans le sud-est de l'Algérie.

"Il est fortement recommandé, dans ces circonstances, d'éviter de s'exposer inutilement à des risques", indique le Quai d'Orsay sur son site internet de Conseil aux voyageurs.

"La France n'est donc pas seule, elle est d'abord là parce qu'elle était la première présente dans la région", a dit François Hollande lors de ses voeux aux parlementaires.

"Elle n'est pas seule puisqu'elle a le concours des Africains qui seront les seuls à déterminer l'ampleur de l'opération. Elle n'est pas seule, puisqu'elle a le concours aussi des Européens sur le plan matériel", a-t-il ajouté.

Sur France 2, Jean-François Copé avait auparavant souligné l'isolement de Paris.

"Il y a une inquiétude aujourd'hui, forte, c'est la solitude de la France dans cette opération", a dit le président de l'UMP.

"Je pense que c'est vraiment très important maintenant que nous puissions oeuvrer à ce que ce soit bien la communauté internationale dans son ensemble, les pays africains, pour la part qui est la leur, qui rejoignent la France dans cette intervention, que je crois nécessaire (...) mais qui commande que les forces françaises engagées ne soient pas les seules sur le théâtre d'opérations", a-t-il ajouté.   Suite...

 
Véhicules blindés de l'armée française au nord de Bamako. François Hollande a assuré mercredi que la France n'était pas seule au Mali, en réponse au président de l'UMP Jean-François Copé s'inquiétant mercredi de la "solitude" de Paris dans cette opération. /Photo prise le 16 janvier 2013/REUTERS/ECPAD/Arnaud Roine