Perquisition au centre d'entraînement de l'OM

mercredi 16 janvier 2013 15h47
 

MARSEILLE (Reuters) - La police a mené mercredi une perquisition au centre d'entraînement de l'Olympique de Marseille dans le cadre d'une affaire qui ne concernerait pas directement le club de football marseillais, a-t-on appris de source proche du dossier.

Cette perquisition a été menée dans la matinée par une dizaine de policiers, en présence du président de l'OM, Vincent Labrune. Elle concerne les conditions de transfert de certains joueurs, précise-t-on de source policière.

"L'objet de l'enquête, qui a motivé cette perquisition, ne vise pas le club mais s'inscrit dans le cadre d'investigations en cours concernant d'autres dossiers", affirme pour sa part l'OM sur son site internet.

"Le juge et les enquêteurs n'ont pas donné de détails supplémentaires à la direction de l'OM", précise le club.

Dans un communiqué, le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, précise que la perquisition a été effectuée sur commission rogatoire des juges Christophe Perruaux et Thierry Azema.

Une information judiciaire a été ouverte des chefs d'extorsions en bande organisée et association de malfaiteurs, indique-t-il dans un communiqué. Elle a fait suite à l'enquête préliminaire ouverte en mai 2011 à la suite de renseignements parvenus au parquet de Marseille.

De source policière, on précise que l'enquête porte notamment sur le transfert, en août 2010, du joueur André-Pierre Gignac, avec, en toile de fond, des personnes susceptibles d'appartenir au "milieu" marseillais.

Jean-François Rosnoblet avec Nicolas Bertin, édité par Gérard Bon