Les Chabaab somaliens condamnent l'agent français à mort

mercredi 16 janvier 2013 10h08
 

MOGADISCIO (Reuters) - Les rebelles somaliens de la milice Al Chabaab ont annoncé mercredi avoir condamné à mort l'otage français Denis Allex, six jours après une tentative manquée d'exfiltration par la France de l'agent des services de renseignements de la DGSE.

Dans un communiqué, la milice, liée à la nébuleuse Al Qaïda, précise que la décision d'exécuter Denis Allex, détenu en Somalie depuis 2009, a été prise à l'unanimité et fait suite à trois années de "tentatives poussées de négociations".

"Harakat Al Chabaab Al Moudjahidine a pris à l'unanimité la décision d'exécuter l'agent français des services de renseignements Denis Allex", lit-on dans un communiqué envoyé par courriel et qui figure aussi sur le compte Twitter du groupe.

"Avec la tentative de sauvetage, la France a volontairement signé l'arrêt de mort d'Allex", ajoutent les membres d'Al Chabaab.

Un commando de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) est intervenu dans la nuit de vendredi à samedi pour tenter de libérer Denis Allex. Deux soldats français sont morts dans cette opération.

Le chef d'état-major des armées françaises Edouard Guillaud, qui se trouvait sur Europe 1 au moment de l'annonce d'Al Chabaab, a déclaré que la France pensait que son agent était mort.

"Nous n'avons aucun élément depuis le raid de vendredi soir sur le fait que Denis Allex (...) soit vivant ; nous pensons qu'il est vraisemblablement mort", a déclaré Edouard Guillaud.

Le communiqué ne permet pas de dire si les rebelles ont déjà tué Allex.

"C'est le gouvernement français (...) qui doit porter l'entière responsabilité de la mort d'Allex", affirme Al Chabaab.   Suite...