Le PCF refuse d'adopter l'accord sur l'emploi en l'état

mardi 15 janvier 2013 13h47
 

PARIS (Reuters) - Les parlementaires communistes refuseront de transposer en l'état l'accord sur l'emploi conclu vendredi entre le patronat et trois syndicats car il accroît la précarité, a déclaré mardi le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent.

Le gouvernement a promis de respecter l'équilibre du texte qui allie une plus grande sécurisation de l'emploi et une souplesse accrue du marché du travail. Le projet de loi doit être présenté lors du premier conseil des ministres de mars et examiné début avril par l'Assemblée nationale.

"Nous, nous n'accepterons pas en tant que parlementaires de transcrire cet accord en l'état", a dit Pierre Laurent lors de l'émission Le Talk Orange-Le Figaro.

"Travaillons et allons plus loin que l'accord sur la sécurisation de l'emploi, parce que (...) malheureusement ce qu'il y a d'abord dans l'accord, c'est des mesures de sécurisation du licenciement pour les patrons", a-t-il ajouté.

Selon Pierre Laurent, "dès le début il y avait des ambiguïtés très fortes dans le discours de François Hollande (...). Mais disons qu'effectivement, et je ne suis pas le seul à le constater, il y a eu une accélération dans un sens qui est plutôt celui du social-libéralisme".

Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet

 
Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, a déclaré mardi que les parlementaires communistes refuseront de transposer en l'état l'accord sur l'emploi conclu vendredi entre le patronat et trois syndicats car il accroît la précarité. /Photo d'archives/REUTERS/Irakli Gedenidze