Primaire à l'UMP au printemps pour les municipales à Paris

mardi 15 janvier 2013 18h19
 

PARIS (Reuters) - L'UMP organisera des primaires ouvertes, "d'ici à avril ou mai", en vue de désigner son chef de file pour les élections municipales à Paris en 2014, annonce Jean-François Copé dans L'Express.

Le président de l'UMP a précisé par la suite lors d'une conférence de presse que cette procédure vaudrait pour "toutes les villes où ce sera nécessaire, où nous n'avons pas de candidat sortant".

Dans un entretien à l'hebdomadaire diffusé mardi, Jean-François Copé indique vouloir régler 80 à 90% des investitures pour les élections municipales "d'ici au 30 juin".

"Nos candidates et candidats têtes de liste ont besoin de pouvoir se mettre très vite au travail. J'ai l'intuition qu'avec une famille politique unie nous pouvons créer les conditions d'une grande vague bleue aux élections municipales de 2014", explique-t-il.

La maire du VIIe arrondissement de Paris, l'ex-ministre UMP de la Justice Rachida Dati, a d'ores et déjà fait acte de candidature pour l'élection municipale à Paris. L'ancienne ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet serait tentée par le défi, selon des élus parisiens.

Le nom de l'ancien Premier ministre François Fillon, adversaire de Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP, a été cité par une droite désireuse de ravir Paris à la gauche.

"Ce n'est pas à moi d'en décider", déclare Jean-François Copé. "Mon amie Rachida Dati a déjà fait savoir qu'elle serait candidate, comme d'autres sûrement le feront. Il y aura donc des primaires ouvertes, comme François Fillon lui-même l'a souhaité", dit-il.

Un proche de l'ancien Premier ministre a indiqué mardi que ce dernier ferait connaître sa décision "en avril ou en mai" quant à une éventuelle candidature dans la capitale.

Sophie Louet, avec Chine Labbé

 
L'Hôtel de Ville de Paris. L'UMP organisera des primaires ouvertes, d'ici à avril ou mai, en vue de désigner son chef de file pour les élections municipales à Paris en 2014, annonce Jean-François Copé dans L'Express. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen