Les islamistes contre-attaquent dans l'ouest du Mali

lundi 14 janvier 2013 22h56
 

par Bate Felix et Alexandria Sage

BAMAKO/PARIS (Reuters) - La France a poursuivi lundi son intervention militaire au Mali contre les rebelles islamistes, qui ont lancé une contre-offensive et se sont emparés d'une localité du centre-ouest du pays, Diabaly.

Au quatrième jour de l'opération Serval qui vise à stopper la progression des islamistes vers la capitale, Bamako, en bombardant leurs positions dans le Nord, les forces françaises et l'armée malienne sont confrontées à "un point difficile" dans l'Ouest, a dit le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Le Conseil de sécurité des Nations unies est en réunion pour examiner l'évolution de ce dossier.

Les ministres européens des Affaires étrangères tiendront une réunion exceptionnelle dans la semaine pour "faire le point sur les actions européennes possibles en soutien au gouvernement (malien)", a déclaré la Haute Représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton.

Malgré la prise de Diabaly, située à 350 km au nord de Bamako, le ministre français de la Défense a estimé que la situation évoluait "favorablement". "Dans l'est du Mali, l'initiative des groupes terroristes a été bloquée, la ville de Konna a été abandonnée et les groupes terroristes ont effectué un repli vers Douentza.".

"Sur Gao, il y a eu hier un certain nombre de tirs ciblés sur la base arrière du groupe Mujao qui a donné des résultats extrêmement tangibles et qui a abouti à une dispersion de ce groupe terroriste vers l'Est et au Sud", a ajouté le ministre.

A Diabaly, les soldats français et maliens tentant de reprendre la ville se heurtaient aux islamistes criant "Dieu est le plus grand", ont rapporté des habitants.

Les rebelles du Mujao, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui ont imposé un respect très strict de la charia, la loi coranique, dans leur fief de Gao, ont menacé la France de représailles par la voie de leur porte-parole, Omar Ould Hamaha, surnommé le "barbu rouge".   Suite...

 
Militaires français sur une base malienne à Bamako. La France a poursuivi lundi son intervention militaire au Mali contre les rebelles islamistes, qui ont lancé une contre-offensive et se sont emparés d'une localité du centre-ouest du pays, Diabaly. /Photo prise le 14 janvier 2013/REUTERS/Joe Penney