La France tente de parer la menace terroriste après le Mali

lundi 14 janvier 2013 16h36
 

PARIS (Reuters) - L'intervention au Mali ayant accentué la menace terroriste, le gouvernement français a renforcé son plan Vigipirate au niveau "rouge", sans aller jusqu'à activer le niveau culminant "écarlate", en cas d'attentat imminent.

Confirmant les craintes de Paris, Omar Ould Hamaha, porte-parole du Mouvement pour l'unicité et le Djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), a menacé lundi la France de représailles.

"La France a ouvert, pour tous les Français, les portes de l'enfer. Elle est tombée dans un piège beaucoup plus dangereux que l'Afghanistan, l'Irak ou la Somalie. Et ça n'est que le commencement !", a-t-il dit sur Europe 1.

Sanda Ould Boumama, porte-parole du groupe rebelle Ansar Dine, avait auparavant déclaré à Reuters qu'il y aurait "des conséquences, non seulement pour les otages français, mais aussi pour tous les ressortissants français où qu'ils se trouvent dans le monde musulman".

Mais les ministres français de l'Intérieur et de la Défense, Manuel Valls et Jean-Yves Le Drian, se sont efforcés de relativiser ces propos, expliquant que des "menaces explicites" étaient régulièrement publiées par des groupes sahéliens.

Il est normal que le groupe Mujao, "très largement touché" par les frappes aériennes de dimanche au Mali, "réagisse, comme d'habitude, par du chantage sur les populations", a dit Jean-Yves Le Drian sur BFM TV.

"Ce n'est pas en cédant aux terroristes que l'on diminue la menace qui, je le rappelle, n'est pas nouvelle. Comme d'autres pays, la France est régulièrement ciblée par des groupes qui se réclament du djihadisme global", renchérit Manuel Valls dans Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Pour le ministre de l'Intérieur, la situation au Mali peut inciter des individus ou des groupes à passer à l'action en France ou à l'étranger, à l'instar de Mohamed Merah, l'auteur des tueries de Toulouse en Montauban en mars 2012, ou de la cellule démantelée à Cannes et Strasbourg en octobre.

"RESSERRER LES MAILLES DU FILET"   Suite...

 
Gare Saint-Charles, à Marseille. L'intervention au Mali ayant accentué la menace terroriste, le gouvernement français a renforcé son plan Vigipirate au niveau "rouge", sans aller jusqu'à activer le niveau culminant "écarlate", prévu en cas d'attentat imminent. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier