Doutes sur la mort de l'otage français en Somalie

samedi 12 janvier 2013 15h45
 

PARIS/MOGADISCIO (Reuters) - Des doutes sont apparus samedi sur la mort de l'otage français Denis Allex, membre des services secrets, en Somalie à l'issue d'une opération qui s'est soldée par la mort d'au moins un soldat français.

Le ministère de la Défense a d'abord annoncé samedi matin que ce membre de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) avait été tué par ses geôliers et que deux soldats français avaient trouvé la mort dans cette opération qui s'est déroulée dans la nuit de vendredi à samedi.

Mais le ministre de la Défense a ensuite introduit un élément de doute lors d'une conférence de presse consacrée aux interventions françaises en Somalie et au Mali qui sont, a-t-il dit, "totalement déconnectées" l'une de l'autre.

"Des combats d'une grande violence se sont déroulés, d'une grande violence, au cours desquels, je parle maintenant avec précaution, tout donne à penser que malheureusement Denis Allex a été abattu par ses geôliers", a déclaré Jean-Yves Le Drian.

"Au cours de leur tentative de libération de leur camarade, un soldat a perdu la vie à la suite de blessures et un soldat est porté disparu", a-t-il ajouté.

Les miliciens islamistes d'Al Chabaab affirment quant à eux que Denis Allex, qu'ils détiennent depuis plus de trois ans, est vivant et qu'il sera fixé sur son sort dans les deux prochains jours.

Les miliciens affirment également dans un communiqué détenir un soldat français blessé lors des combats et font état de "plusieurs soldats français tués".

"Le soldat français blessé est maintenant détenu par les Moudjahidine et (Denis) Allex est toujours en sécurité, loin du lieu des affrontements", indiquent-ils, précisant que l'intervention française a mis en oeuvre cinq hélicoptères.

"En réponse à cette opération ratée des forces françaises, les Moudjahidine d'Al Chabaab assurent au peuple français qu'ils donneront leur verdict final concernant Denis Allex dans les deux prochains jours."   Suite...

 
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé samedi que l'otage français Denis Allex avait très probablement été abattu en Somalie par ses geôliers à l'issue d'une opération qui s'est soldée par la mort d'au moins un soldat français. Les miliciens islamistes d'Al Chabaab affirment quant à eux que Denis Allex, qu'ils détiennent depuis plus de trois ans, est vivant. /Photo prise le 12 janvier 2013/REUTERS/Christian Hartmann