Une fillette au commissariat pour cantine impayée

jeudi 10 janvier 2013 21h07
 

PARIS (Reuters) - Le Défenseur des droits Dominique Baudis a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête après la décision de la police municipale d'Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques) de sortir mardi dernier de la cantine d'une école de la ville une enfant de cinq ans pour un impayé de ses parents.

La Défenseure des Enfants, Marie Derain, ainsi que Françoise Mothes, en charge de la déontologie de la sécurité, vont "prendre contact avec l'ensemble des parties prenantes pour cerner les dysfonctionnements successifs qui ont abouti à cette situation", précise Dominique Baudis dans un communiqué.

Selon la direction de l'école, une policière municipale a sorti mardi de la cantine Léa, une fillette de cinq ans, choquant l'enfant et ses petits camarades.

Les parents en instance de divorce devant 170 euros à la cantine qui dépend de la mairie d'Ustaritz, la policière est venue chercher la petite fille pour la ramener à son domicile.

Devant l'absence de la mère, elle a été ensuite conduite au commissariat puis a été ramenée à l'école dans l'après-midi.

"C'est irresponsable. On ne prend pas les enfants en otage de cette manière", a indiqué à Reuters le directeur de l'école Saint-Vincent.

"Quand Léa est revenue dans l'après-midi en classe, ses camarades étaient étonnés, pensant qu'elle était en prison. Leur maîtresse a organisé une discussion avec eux pour tenter de dédramatiser la situation", a-t-il ajouté.

Selon le journal Sud-Ouest, qui a révélé l'affaire jeudi, le père aurait déclaré que sa fille avait cru en voyant la policière que ses parents étaient décédés.

MÉTHODE INADMISSIBLE   Suite...