La grève des taxis très suivie dans toute la France

jeudi 10 janvier 2013 20h25
 

PARIS (Reuters) - Des milliers de chauffeurs de taxi en grève ont manifesté jeudi un peu partout en France pour protester contre une modification de la loi sur le transport des malades, qui risque, selon eux, de mettre leur métier en péril, surtout en province.

Les quatre fédérations (Fnat, FNTI, FFTP, FNDT) et une intersyndicale parisienne ont obtenu dans la journée l'ouverture d'une concertation sur l'élaboration du décret controversé et plusieurs avancées.

En conséquence, la plupart des représentants syndicaux devaient appeler dans la soirée à la dislocation des rassemblements de taxis organisés à Paris et dans plusieurs villes de province.

"Il y a une volonté des pouvoirs publics d'engager la concertation", a déclaré à Reuters Maryline Jonaillec, responsable de la Fnat, à l'issue d'une réunion au ministère de l'Intérieur.

Elle précisé que trois réunions étaient prévues d'ici fin janvier et que le décret controversé ne serait pas publié avant la fin des discussions.

Les syndicats, qui dénoncent également la concurrence déloyale exercée, selon eux, par les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) et les motos-taxis, ont également obtenu le gel de toute nouvelle demande d'immatriculation pour les VTC.

Les artisans-taxis s'élèvent surtout contre l'article 44 de la nouvelle loi de financement 2013 de la Sécurité sociale qui a introduit des procédures d'appels d'offres pour les transports des malades assis.

Ceux-ci étaient jusqu'à présent réalisés par des ambulances, des taxis conventionnés par l'assurance maladie ou des véhicules sanitaires et les artisans-taxis craignent que le marché ne revienne systématiquement à de grosses sociétés.

30.000 TAXIS À PÔLE EMPLOI?   Suite...

 
Des milliers de chauffeurs de taxi en grève ont manifesté jeudi un peu partout en France pour protester contre une modification de la loi sur le transport des malades, qui risque, selon eux, de mettre leur métier en péril, surtout en province. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier