Dernier round des négociations sur le marché du travail

jeudi 10 janvier 2013 11h44
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Patronat et syndicats ont entamé jeudi l'ultime round des négociations sur une réforme du marché du travail dans un climat de grande prudence, aucun n'osant s'avancer sur la possibilité d'un accord auquel pousse le gouvernement.

Pour la présidente du Medef, Laurence Parisot, l'enjeu de ces discussions entamées en octobre est d'aboutir vendredi à "un accord qui rapprocherait la France des plus hauts standards européens en matière de flexisécurité".

"Soit il y a un accord ambitieux, structurant, permettant une évolution significative et en profondeur du marché du travail (...) soit il n'y aura pas d'accord du tout", a-t-elle dit sur Europe 1.

Patrick Bernasconi, le principal négociateur du Medef, a indiqué pour sa part aborder la dernière ligne droite avec un mélange de confiance et de prudence. "Il y a encore beaucoup de travail à faire", a-t-il déclaré.

Côté syndicats, la CGT, qui a adopté une ligne dure depuis le début, comme Force ouvrière (FO), ont indiqué qu'elles ne signeraient pas un document organisant selon eux une "déréglementation" du marché du travail.

Les deux syndicats ont appelé à manifester à la mi-journée devant le siège parisien du Medef, où se tiennent les négociations.

Les espoirs de compromis reposent sur les syndicats "réformistes" que sont la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC, dans la mesure où il faut au moins la signature de trois des cinq centrales syndicales engagées dans les négociations en cours pour qu'un accord soit réputé conclu.

DES "AVANCÉES" SELON LA CFDT   Suite...

 
Patronat et syndicats ont entamé jeudi l'ultime round des négociations sur une réforme du marché du travail dans un climat de grande prudence, aucun n'osant s'avancer sur la possibilité d'un accord auquel pousse le gouvernement. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau