L'UMP à l'épreuve de la cohabitation

dimanche 6 janvier 2013 17h28
 

PARIS (Reuters) - La fragile trêve instaurée le 17 décembre à l'UMP sera à l'épreuve dès cette semaine avec une rencontre entre Jean-François Copé et François Fillon pour décider de l'application de l'accord qui a mis fin à un mois de guerre entre les deux hommes.

Le président de l'UMP et le député de Paris devraient se voir mardi ou mercredi.

L'accord qu'ils ont signé en décembre prévoit notamment une nouvelle élection interne à la présidence du parti, probablement le 15 septembre, et dans l'intervalle, l'installation d'une direction collégiale intégrant "copéistes" et "fillonistes".

Ce dernier point, qui conditionne d'ici au 15 janvier la dissolution du "Rassemblement-UMP", le groupe dissident créé par François Fillon à l'Assemblée nationale, et donne lieu à des interprétations divergentes dans les deux camps, devrait dominer les discussions.

"L'unité passe avant toute chose par l'installation d'une direction partagée dans l'attente d'un nouveau vote", prévient Valérie Pécresse, soutien de François Fillon, dans une interview au Journal du Dimanche.

La députée des Yvelines sera nommée secrétaire générale déléguée aux côtés de la secrétaire générale "copéiste" Michèle Tabarot, tandis que Laurent Wauquiez, autre membre du "ticket" Fillon, prendra les fonctions de vice-président délégué aux côtés du vice-président "copéiste" Luc Chatel.

Les partisans de François Fillon, qui n'a demandé aucune fonction particulière, souhaite que tous les échelons de l'organigramme soient ainsi dédoublés pour éviter que l'équipe de Jean-François Copé, président jusqu'au prochain scrutin, ne s'arroge le contrôle de l'appareil et ne relègue ses ex-adversaires à des rôles de figuration.

"Je rappelle le sens de l'accord, souligne Valérie Pécresse : la fusion des équipes dirigeantes permettra aux dizaines de milliers de militants qui ont voté pour François Fillon de savoir qu'ils sont représentés".

"IL Y A DES TAS DE GENS TRÈS BIEN CHEZ FILLON"   Suite...

 
La fragile trêve instaurée le 17 décembre à l'UMP sera à l'épreuve dès cette semaine avec une rencontre entre Jean-François Copé et François Fillon qui devraient se voir mardi ou mercredi pour décider de l'application de l'accord qui a mis fin à un mois de guerre entre les deux hommes. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Benoît Tessier