Présence accrue des Frères musulmans au gouvernement au Caire

dimanche 6 janvier 2013 16h34
 

par Tom Perry et Maria Golovnina

LE CAIRE (Reuters) - L'Egypte a remanié son gouvernement dimanche en renforçant la présence des Frères musulmans dans les instances dirigeantes, à la veille de l'arrivée au Caire d'une délégation du FMI venue discuter d'une demande de prêt de 4,8 milliards de dollars.

Dix nouveaux ministres, dont ceux des Finances et de l'Intérieur, ont prêté serment devant le président Mohamed Morsi, qui espère par ces changements apaiser la colère de la population face à la dégradation de la situation économique.

Le nouveau cabinet compte désormais huit ministres membres des Frères musulmans ou de leur émanation politique, le parti de la Liberté et de la Justice, contre cinq dans la précédente équipe.

"Le Dr Morsi voulait être sûr de disposer d'un cabinet qui partage ses orientations majeures. Il veut être entouré de ministres qui sont à l'unisson (de ses idées)", explique Mustapha Kamal al Sayyid, professeur de sciences politiques à l'université du Caire.

Avec ce remaniement, les Frères musulmans prennent le contrôle d'une partie de l'appareil bureaucratique et notamment des approvisionnements, un secteur clé dans un pays où l'aide à la consommation est importante.

Outre les Finances et l'Intérieur, changent notamment de mains l'Electricité, l'Environnement, les Communications et les Transports.

Le nouveau ministre des Finances, Al Morsi al Sayed Hegazy, est docteur en économie et s'est spécialisé dans la recherche en finance islamique.

Professeur à l'université d'Alexandrie, il a rédigé ou supervisé une vingtaine d'études sur la finance islamique. Bien que n'étant pas membre des Frères musulmans, il est considéré comme sympathisant de la principale organisation politique du pays.   Suite...

 
Le président égyptien Mohamed Morsi, issu des rangs des Frères musulmans. L'Egypte a remanié son gouvernement dimanche en renforçant la présence des membres de cette confrérie dans les instances dirigeantes, à la veille de l'arrivée au Caire d'une délégation du FMI venue discuter d'une demande de prêt de 4,8 milliards de dollars. /Photo prise le 8 octobre 2012/REUTERS/Amr Abdallah Dalsh