5 janvier 2013 / 12:47 / il y a 5 ans

Hollande soutient Peillon concernant les écoles privées

LOUVIERS, Eure (Reuters) - François Hollande, a apporté samedi, au nom de la laïcité, son soutien au ministre de l‘Education nationale, Vincent Peillon, qui s‘est inquiété d‘une éventuelle introduction dans les écoles privées du débat sur le mariage homosexuel.

François Hollande, a apporté samedi, au nom de la laïcité, son soutien au ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, qui s'est inquiété d'une éventuelle introduction dans les écoles privées du débat sur le mariage homosexuel. /Photo prise le 22 juin 2012/REUTERS/Philippe Wojazer

“La laïcité, c‘est un principe de la République” et “chacun doit y veiller”, a déclaré le président de la République à la presse en marge d‘un déplacement à Louviers, dans l‘Eure.

“La laïcité, c‘est le respect des consciences”, a-t-il ajouté. “Nous devons faire en sorte que toutes les sensibilités soient respectées, que toutes les religions puissent être pratiquées et en même temps, il y a une règle qui s‘appelle la vie commune et il y a un principe qui s‘appelle la neutralité de l‘Etat et notamment dans les établissements d‘enseignement sous contrat comme les établissements de service public”.

Le secrétaire général de l‘enseignement catholique a envoyé en décembre une lettre à ses chefs d‘établissements, leur rappelant l‘opposition de l‘Eglise au projet de “mariage pour tous” et suggérant la tenue de débats à ce sujet.

Le ministre de l‘Education nationale a dit voir dans cette démarche une “faute” et annoncé vendredi aux recteurs l‘envoi d‘un courrier leur demandant “la plus grande vigilance” par rapport à ces établissements.

“Il ne me semble pas opportun d‘importer dans l‘école le débat sur le mariage pour tous. Je considère même qu‘en adressant une lettre aux chefs d‘établissement, le secrétaire de l‘enseignement catholique a commis une faute”, dit Vincent Peillon.

“PRINCIPE DE NEUTRALITÉ”

“Cet enseignement, qui est sous contrat avec l‘Etat, doit respecter le principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun”, ajoute-t-il.

Les propos du ministre ont provoqué une polémique et des critiques de l‘opposition de droite.

Sur Radio Notre-Dame, le cardinal archevêque de Paris, André Vingt-Trois, a défendu le droit de débattre du projet de loi avec les parents d‘élèves et dénoncé l‘existence d‘une “police de la pensée”.

“S‘il n‘y a aucun lieu de débat possible, alors à ce moment là ce n‘est plus la peine de parler de réflexion ou d‘échange respectueux les uns des autres, c‘est-à-dire qu‘il y a une doctrine officielle et une police de la pensée”, a-t-il déclaré.

Dans Le Figaro de samedi, l‘ancien ministre UMP de l‘Enseignement supérieur Laurent Wauquiez évoque “une grande manipulation politique qui cherche à faire culpabiliser les chrétiens et à faire croire que l‘opposition au mariage homo et à l‘adoption est le fait d‘une minorité.”

Une manifestation contre le projet de mariage homosexuel, auquel toutes les religions monothéistes sont opposées, est prévue dimanche 13 janvier.

Le texte introduisant cette réforme a été présenté le 7 novembre en conseil des ministres. Il doit être soumis à l‘Assemblée nationale fin janvier.

Deux millions d‘enfants, soit quasiment un sur cinq, sont scolarisés dans le privé en France.

Elizabeth Pineau, avec Yann Le Guernigou, édité par Jean-Loup Fiévet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below