4 janvier 2013 / 09:08 / il y a 5 ans

La russophilie de Gérard Depardieu attriste fans et détracteurs

La décision de l'acteur français Gérard Depardieu de prendre la nationalité russe à l'invitation du président Vladimir Poutine attriste fans et détracteurs en France. /Photo prise le 11 mars 2012/Charles Platiau

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - La décision de l'acteur français Gérard Depardieu de prendre la nationalité russe attriste ses fans et ses détracteurs, qui y voient un "coup politique" de Vladimir Poutine.

Si la présidente du Medef, Laurence Parisot, l'a jugé vendredi "excessif" dans ses déclarations, elle a également dénoncé l'"hallali" dont l'acteur candidat à l'exil fiscal en Belgique est, selon elle, l'objet en France.

"C'est en tout cas quelque chose qui m'attriste beaucoup", a-t-elle déclaré à RMC et BFM TV. "Je pense que les commentaires ont été trop loin à son égard."

"Si lui est certainement tout à fait excessif dans ses déclarations, cet hallali est très gênant", a-t-elle ajouté. "Je trouve qu'il serait bon que tout ceci se calme et qu'un jour Gérard Depardieu, calmement, dise 'je reviens'."

Le secrétaire général du syndicat Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a pour sa part déploré le "comportement" du comédien et le fait qu'il ait qualifié la Russie de Vladimir Poutine de "grande démocratie".

Dans une lettre adressée à des journalistes russes, et publiée jeudi par une chaîne de télévision russe, l'acteur français estime qu'il "fait bon vivre en Russie".

François Hollande "sait que j'aime beaucoup votre Président Vladimir Poutine et que c'est réciproque", écrit-il dans ce courrier dont l'authenticité a été confirmée vendredi par son attaché de presse. "Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie et que ce n'était pas un pays où un premier ministre traitait un citoyen de minable", ajoute-t-il.

L'acteur est actuellement à Paris, a indiqué à Reuters son attaché de presse, démentant des rumeurs de presse selon lesquelles il se trouverait en Ukraine.

UN COUP DE PUB POUR POUTINE

Le député socialiste Christophe Cambadélis, préfère minimiser une polémique attisée fin 2012 par une déclaration du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a jugé "minable" la décision de Gérard Depardieu de prendre domicile dans une bourgade frontalière belge pour échapper à l'impôt en France.

"Il voulait déjà devenir Belge. Donc je me suis dit que Poutine n'était pas la Grande Catherine et que Depardieu n'était pas Diderot ou Voltaire", a-t-il ironisé sur RTL.

"Il ne faut pas donner à cette affaire plus d'importance qu'elle n'en a. C'est une citoyenneté russe de papier. Je pense que le coeur de Depardieu restera français", a-t-il ajouté.

Dans l'opposition, l'ancienne ministre UMP Chantal Jouanno, aujourd'hui sénatrice sous l'étiquette centriste UDI, a estimé que Vladimir Poutine avait fait un "coup politique majeur" en signant un décret accordant la nationalité russe à l'acteur.

Le président russe "veut se réinscrire dans cette vision d'une Russie qui est une terre d'immigration", a-t-elle estimé sur Radio Classique.

"Pour autant, sur un plan plus personnel, je trouve que d'un côté comme de l'autre, tout cela n'est pas très glorieux", a-t-elle ajouté. "Cela me gênait beaucoup moins qu'il (Gérard Depardieu) soit belge."

L'actrice française d'origine russe Macha Méril a pour sa part estimé que la Russie de Vladimir Poutine avait accordé la nationalité à l'un des acteurs français les plus célèbres du moment dans le cadre d'une opération de racolage destinée à accroître sa respectabilité.

Les dirigeants russes "ont commencé -surtout depuis Poutine- à draguer les enfants d'immigrés de la première génération de la diaspora, c'est-à-dire ceux qui ont des noms prestigieux qui rappellent l'histoire de la Russie, dont ma famille", a-t-elle déclaré à Europe 1.

"UNE MENTALITÉ QUI LUI PLAÎT"

Macha Méril dit avoir elle-même fait l'objet d'une telle proposition mais l'avoir déclinée.

"C'est vrai que Gérard a quelque chose qui ressemble à la Russie d'aujourd'hui", a-t-elle estimé. Mais "je crois qu'il n'est pas tout à fait lucide. Il doit être aveuglé par la façon dont on le reçoit là bas."

La Russie, "c'est une mentalité qui lui plaît. La mentalité de ceux qui ont les moyens, avec un faste un peu vulgaire (...) Peut être que Gérard ne voit pas qu'à 50 mètres de là, la majorité de la population vit sous le seuil de la pauvreté", a ajouté la comédienne, qui s'est dit "navrée".

Le journaliste russe Andreï Gratchev, qui travaille pour le journal d'opposition Novaïa Gazieta, a pour sa part adressé une mise en garde à l'acteur français, très populaire en Russie.

"Ce qui est paradoxal dans cette affaire, c'est qu'il risque de voir sa popularité en Russie limitée et peut-être décroître", a-t-il déclaré à RTL.

Il a déploré que Gérard Depardieu se déclare ami avec Poutine au moment où le président russe est de plus en plus "sérieusement contesté" dans son pays.

"Depardieu devrait fréquenter le milieu de la culture, qui est de plus en plus critique à l'égard de Poutine", a ajouté le journaliste russe.

L'écrivain et opposant nationaliste russe Edouard Limonov a quant à lui mis au défi l'acteur, sur son blog, de rejoindre le 31 janvier au coeur de Moscou, avec son nouveau passeport, une manifestation en faveur du droit aux rassemblements pacifiques.

"On t'attend, Gérard!" lance-t-il dans ce message traduit par le magazine Courrier international sur son site internet. "Si ma mémoire est bonne, tu as interprété, dans l'un de tes films, le grand révolutionnaire français Danton? Eh bien, cher ami français, voici une bonne occasion de jouer un rôle historique réel de défenseur de la liberté russe."

Avec Chine Labbé

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below