Le cyclone Dumile s'éloigne de la Réunion

jeudi 3 janvier 2013 21h00
 

MADAGASCAR (Reuters) - Le cyclone Dumile est passé au plus près des côtes de la Réunion jeudi après-midi, sans faire de victimes ni causer de dégâts majeurs aux infrastructures de l'île.

La préfecture a décidé de lever à 20H00 (16H00 GMT) l'alerte rouge interdisant aux habitants de sortir de leur domicile, alors que Dumile s'éloignait vers le sud. L'alerte rouge avait été déclenchée dans la matinée.

Le retour à la normale n'interviendra pas immédiatement, précisent toutefois les autorités.

L'île de la Réunion devrait connaître au cours des prochaines heures des conditions météorologiques dégradées qui pourraient grossir encore les cours d'eau.

D'innombrables chutes d'arbres et de branches se sont produites sur les routes et le réseau électrique. Près de 100.000 foyers étaient privés d'électricité jeudi soir et plusieurs axes routiers principaux fermés à la circulation.

La reprise du trafic aérien est annoncée pour vendredi en milieu de matinée, après plus de 24 heures de fermeture des deux aéroports de la Réunion.

"Un premier bilan fait état de quelques blessés légers et de dégâts matériels qu'il conviendra d'évaluer précisément, en particulier dans l'agriculture, dans les prochaines heures et les prochains jours", a indiqué dans un communiqué le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel.

Interrogé dans la soirée, François Hollande a fait une "promesse d'engagement" , annonçant que l'Etat contribuerait à la réparation des dégâts causés par le cyclone.

"La République réparera, autant qu'il sera possible, les dégâts qui auront été produits par ce cyclone", a-t-il dit sur France Ô.

Bernard Grollier, avec Chine Labbé à Paris, édité par Hélène Duvigneau

 
Des mangues sur la chaussée près de Saint-Gilles-les-Bains, à la Réunion. Le cyclone Dumile est passé au plus près des côtes de la Réunion jeudi après-midi, sans faire de victimes ni causer de dégâts majeurs aux infrastructures de l'île et la préfecture a décidé de lever l'alerte rouge interdisant aux habitants de sortir de leur domicile. /Photo prise le 3 janvier 2013/REUTERS/Laurent Capmas