Manifestation à Solférino pour les sans-papiers

jeudi 3 janvier 2013 18h23
 

PARIS (Reuters) - Une trentaine de personnes ont manifesté jeudi en face du siège du Parti socialiste à Paris pour réclamer la régularisation de tous les sans-papiers et protester contre la politique du gouvernement en matière d'immigration.

Cette action était organisée en soutien à 60 sans-papiers de Lille, en grève de la faim depuis deux mois pour demander leur régularisation. Deux d'entre eux ont été expulsés vers l'Algérie.

Quelques manifestants se sont enchaînés jeudi aux grilles du siège du PS, pendant que les autres manifestaient sur le trottoir d'en face. Monseigneur Jacques Gaillot, soutien de longue date des travailleurs sans papiers, les a rejoints.

Aux cris de "c'est pas les sans-papiers, c'est pas les immigrés, c'est la loi qu'il faut changer", les manifestants demandaient la résolution de la situation des grévistes de Lille, le retour des deux Algériens expulsés, et la régularisation de tous les sans-papiers en France.

Ils ont expliqué pourquoi ils avaient choisi le siège du PS pour exprimer leurs revendications.

"Le président de la République, c'est sa famille politique, le ministre de l'Intérieur, c'est sa famille politique, donc c'est pour dénoncer cette langue de bois, c'est pour dénoncer cette politique mi-figue mi-raisin que le PS est en train d'appliquer dans le pays", a dit à Reuters Mocles Chateigne.

Une délégation de manifestants a été reçue par des collaborateurs du Premier secrétaire du PS, Harlem Désir, qui n'était pas dans les murs.

Son cabinet n'a pas souhaité faire de commentaire sur les réclamations des manifestants, mais s'est engagé à faire remonter les informations qui lui ont été transmises au ministère de l'Intérieur.

Thierry Chiarello, avec Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

 
En écho à des sans-papiers en grève de la faim depuis deux mois à Lille, une trentaine de personnes ont manifesté jeudi en face du siège du Parti socialiste à Paris pour réclamer la régularisation de tous les sans-papiers installés en France et protester contre la politique du gouvernement en matière d'immigration. /Photo prise le 3 janvier 2013/REUTERS/Benoît Tessier