La pilule ne doit pas être banalisée, dit Marisol Touraine

jeudi 3 janvier 2013 16h14
 

PARIS (Reuters) - Le pilule contraceptive ne saurait être considérée comme un danger, a déclaré jeudi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pour qui les pilules de dernières générations ne doivent désormais être prescrites qu'à titre exceptionnel.

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a lancé une concertation afin de limiter la prescription des pilules contraceptives de troisième et quatrième génération, qui présentent des risques sanitaires.

Ces pilules ne seront plus remboursées à partir du 31 mars prochain.

"Il faut éviter de donner le sentiment que la pilule serait un danger. C'est un médicament. Et à ce titre elle ne peut pas être banalisée", a déclaré Marisol Touraine à la presse à l'issue du conseil des ministres.

La ministre de la Santé a rappelé que les Françaises utilisaient davantage la pilule comme moyen contraceptif que dans d'autres pays comparables. Sur les 7 millions de Françaises qui ont recours à la contraception, 70% prennent la pilule.

"Il faut donc être très attentif, considérer que les pilules de 3e ou 4e génération n'apportent pas forcément quelque chose de positif par rapport aux pilules de 1re ou 2e génération", a-t-elle expliqué.

"Il faut faire en sorte, et c'est ce que je demande à l'Agence nationale de sécurité du médicament, de faire en sorte que cette pilule de 3e génération ne soit plus systématiquement prescrite en première intention mais retrouve sa place, c'est-à-dire qu'elle ne soit prescrite que quand la pilule de 2e génération ne convient pas".

En France, près de 2,5 millions de femmes - soit 50% de celles sous pilule contraceptive - prennent une pilule de troisième génération.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

 
Le pilule contraceptive ne saurait être considérée comme un danger, a déclaré jeudi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pour qui les pilules de dernières générations ne doivent désormais être prescrites qu'à titre exceptionnel. /Photo prise le 3 janvier 2013/REUTERS/Eric Gaillard