Le "mur budgétaire" américain évité avant le débat sur la dette

mercredi 2 janvier 2013 18h02
 

par Thomas Ferraro et John Whitesides

WASHINGTON (Reuters) - Quelques heures seulement après le feu vert de la Chambre des représentants à l'accord qui permet aux Etats-Unis d'éviter le "mur budgétaire", la Maison blanche et le Congrès se préparaient mercredi à la prochaine bataille, celle du plafond de la dette.

La Chambre, dominée par les républicains, a adopté dans la nuit de mardi à mercredi le texte entériné lundi par le Sénat, accordant une victoire importante à Barack Obama, réélu en novembre après avoir promis de s'attaquer au déficit budgétaire en relevant les impôts sur les plus hauts revenus.

Le camp républicain a quant à lui été contraint de donner son aval à un alourdissement de la fiscalité contraire à son credo en validant ce texte, qui permet à la première économie mondiale de s'épargner de sévères coupes dans les dépenses publiques et des hausses d'impôts, un choc chiffré à 600 milliards de dollars (450 milliards d'euros environ).

Le compromis a ainsi démontré que la Maison blanche était en mesure, pour le moment au moins, de sortir de l'impasse politique pour préserver une activité économique qui se remet à peine de sa plus grave crise depuis la grande dépression de 1929.

Mais il ne fait que repousser de deux mois une échéance clé, celle du relèvement éventuel du plafond de la dette publique américaine. Un débat que les républicains promettent déjà d'utiliser pour obtenir des coupes drastiques dans les dépenses publiques.

"L'occasion à saisir pour nous, c'est le plafond de la dette", a déclaré le sénateur républicain de Pennsylvanie Pat Toomey sur la chaîne de télévision MSNBC, ajoutant que dans ce débat, son parti aurait l'avantage sur Barack Obama.

"Nous, les républicains, devons nous préparer à tolérer la fermeture temporaire et partielle des administrations publiques qui pourrait en résulter."

APRÈS LE MUR, LE PLAFOND   Suite...

 
Conférence de presse de Barack Obama et de son vice-président Joe Biden. Les membres de la Chambre américaine des représentants ont approuvé mardi soir (mercredi matin à Paris) un accord déjà entériné la veille entre le Sénat et la Maison blanche, qui permet aux Etats-Unis d'éviter les 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de baisses des dépenses publiques du 'mur budgétaire'. /Photo prise le 1er janvier 2012/REUTERS/Jonathan Ernst