L'opposition fustige la prestation de François Hollande

lundi 31 décembre 2012 23h00
 

PARIS (Reuters) - Les représentants de la droite, de l'extrême-droite et du centre ont critiqué lundi la prestation de François Hollande qui a présenté aux Français ses premiers voeux de président de la République en réaffirmant son objectif d'une baisse du chômage.

"Alors que nous espérions une vision lucide de la situation et des décisions courageuses pour notre pays, nous avons assisté à une triste opération d'autosatisfaction, d'un président en manque de crédibilité, qui mène notre pays dans l'impasse", a déclaré Jean-François Copé, président de l'UMP, dans un communiqué en qualifiant le bilan du président socialiste de "désolant".

Pour le président de l'UDI (centre-droit), Jean-Louis Borloo, qui estime la situation "peu propice aux investissements" et réclame un plan de relance, le chef de l'Etat a fait un "aveu d'impuissance devant une situation dont il devient le seul responsable".

"Qu'attend le président pour proposer un plan massif de relance de l'emploi, qu'attend le président pour mettre en place dès maintenant un réel pacte de compétitivité pour nos entreprises ?", s'interroge le président de l'Union des démocrates et indépendants.

La présidente du Front national Marine Le Pen a jugé pour sa part ridicules et indécents les voeux du président aux Français, qui selon elle étaient totalement en décalage avec la réalité.

"François Hollande vit-il dans le même pays que les Français ? Son exercice d'optimisme imposé ce soir frisait l'indécence tant il était décalé du vécu réel de nos compatriotes, confrontés à une crise sans précédent, un chômage massif, une pauvreté galopante, des désordres majeurs liés à l'insécurité et à l'immigration", écrit-elle dans un communiqué.

"La défense de son bilan est ridicule : de quel 'redressement' ose-t-il parler ? La France s'enfonce et les Français avec ! Bref, il est temps que François Hollande chausse les lunettes du réel. Son intervention relevait de la méthode Coué et cette dissimulation du réel ne convaincra personne", ajoute-t-elle.

Marine Le Pen appelle de ses voeux l'organisation de "référendums, sur les questions liées à l'Union européenne, l'immigration, le mariage homosexuel et la politique économique et sociale".

Thierry Lévêque et par Danielle Rouquié

 
De gauche à droite, le président de l'UMP Jean-François Copé, le président de l'UDI (centre-droit) Jean-Louis Borloo et la présidente du Front national Marine Le Pen. Tous trois ont critiqué lundi la prestation de François Hollande qui a présenté aux Français ses premiers voeux de président de la République en réaffirmant son objectif d'une baisse du chômage. /Photos d'archives/REUTERS/Benoît Tessier/Charles Platiau/Benoît Tessier