Les Français ont le droit à la vérité sur la délinquance, dit Valls

lundi 31 décembre 2012 09h20
 

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a justifié lundi sa décision de publier le nombre de voitures brûlées lors de la nuit de la Saint-Sylvestre par le fait que les "Français ont le droit à la vérité" en matière de délinquance et de sécurité.

Plus de 53.000 policiers et gendarmes sont en alerte, auxquels il faut ajouter pompiers et secouristes, "ce qui fait que 65.000 agents du service public seront mobilisés pour assurer la sécurité des Français et pour faire en sorte que la Saint-Sylvestre soit une soirée de fête et non pas de violences et d'ennuis", a déclaré le ministre de l'Intérieur sur RTL.

Comme annoncé la semaine passée, il a confirmé son intention de publier "demain où après-demain", une fois qu'il sera consolidé, le chiffre des voitures incendiées lors de la dernière nuit de l'année, alors que ses prédécesseurs de droite y avaient renoncé depuis 2010 "pour éviter toute compétition" entre casseurs.

"Il ne s'agit pas de rompre avec les pratiques de mes prédécesseurs mais il s'agit surtout de ne pas banaliser des actes qui constituent une violence insupportable envers les biens des particuliers", a-t-il dit.

Manuel Valls a rappelé que plus de 40.000 véhicules sont brûlés chaque année en France, dont plus d'un millier dans la seule nuit du 31 décembre au 1er janvier.

"J'ai toujours dit que je souhaitais la complète transparence sur les statistiques de la délinquance et je ne veux pas donner le sentiment de cacher quelque chose. Les Français en matière de sécurité, de délinquance, ont le droit à la vérité", a indiqué Manuel Valls.

Yann Le Guernigou, édité par Hélène Duvigneau

 
Manuel Valls a justifié lundi sa décision de publier le nombre de voitures brûlées lors de la nuit de la Saint-Sylvestre par le fait que les "Français ont le droit à la vérité" en matière de délinquance et de sécurité. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Marc Loos