L'opposition syrienne rejette l'invitation russe

vendredi 28 décembre 2012 19h12
 

par Yara Bayoumy et Peter Graff

PROVINCE D'ALEP, Syrie/BEYROUTH (Reuters) - Le chef de file de l'opposition syrienne a décliné vendredi l'invitation du gouvernement russe qui lui proposait de se rendre à Moscou pour négocier une issue pacifique à la guerre civile.

L'invitation avait été adressée quelques heures plus tôt à Moaz al Khatib, dont la Coalition nationale a été reconnue par la plupart des pays arabes et occidentaux en tant que représentante légitime du peuple syrien.

"Nous avons dit clairement que nous n'irions pas à Moscou. Nous pourrions nous rencontrer dans un pays arabe s'il y a un ordre du jour clair", a-t-il répondu dans un entretien accordé à Al Djazira.

Moaz al Khatib a en outre exigé les excuses du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qu'il accuse d'avoir traité le "massacre du peuple syrien comme s'il s'agissait d'un pique-nique" et de continuer à soutenir le régime de Bachar al Assad en dépit de ses exactions.

"Si nous ne représentons pas le peuple syrien, pourquoi (les Russes) nous invitent-ils ? Et si nous le représentons, pourquoi la Russie (...) ne condamne-t-elle pas clairement la barbarie de ce régime et ne réclame pas la démission d'Assad ? Ce sont les conditions sine qua non des négociations", a-t-il ajouté.

Les rebelles syriens gagnent régulièrement du terrain depuis la mi-2012 et les milieux diplomatiques espéraient voir Moscou prendre peu à peu ses distances avec Damas, mais le gouvernement russe, principal appui de Bachar al Assad sur la scène international, continue à prôner le dialogue entre le régime baassiste et l'opposition.

"Je pense qu'une évaluation réaliste et détaillée de la situation à l'intérieur des frontières syriennes poussera des membres raisonnables de l'opposition à chercher les moyens d'engager un dialogue politique", a ainsi déclaré vendredi le chef de la diplomatie russe, qui a aussitôt essuyé une fin de non-recevoir.

NOUVELLE RÉUNION DES "TROIS B"   Suite...

 
Manifestation contre le président syrien Bachar al Assad, dans la province d'Alep. Le chef de file de l'opposition syrienne a décliné vendredi l'invitation du gouvernement russe qui lui proposait de se rendre à Moscou pour négocier une issue pacifique à la guerre civile. /Photo prise le 28 décembre 2012/REUTERS/Zain Karam