Les écologistes veulent une enquête parlementaire sur l'EPR

jeudi 27 décembre 2012 19h12
 

PARIS (Reuters) - Les députés écologistes demandent la création d'une commission d'enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur la filière nucléaire française après les ratés, selon eux, de l'EPR en Finlande, en Grande-Bretagne et en Chine.

De "nouveaux ratés" de la filière EPR "font peser un très lourd tribut sur le consommateur et le contribuable français, inexorablement appelés à payer la facture de ces errements", écrivent-ils jeudi dans un communiqué.

Selon les élus, l'analyse indépendante des responsabilités de cet "échec industriel" permettra d'en tirer au plus vite les conséquences "sur la poursuite ou non de prototypes d'ores et déjà condamnés à être des 'modèles' à ne pas suivre".

Areva a défendu à la mi-décembre la capacité de son réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR à conquérir de nouveaux marchés, faisant notamment valoir qu'il tirait déjà les leçons des surcoûts et retards enregistrés sur les chantiers français et finlandais.

Mais les élus écologistes citent également la sortie d'Enel du projet français, qui entraînera selon eux un surcoût supplémentaire, et l'affaire du contrat d'EDF et d'Areva en Chine, qui suscite des interrogations.

Selon le Canard Enchaîné, paru mercredi, une enquête a été ouverte par l'Inspection générale des Finances sur les conditions dans lesquelles le PDG d'EDF, Henri Proglio, a préparé en novembre 2011 un partenariat avec son homologue chinois CGNPC, un projet finalement annulé.

Une enquête a été également ouverte par la justice sur l'agression d'une syndicaliste d'Areva qui demandait la publication de l'accord, supposé secret, conclu par la suite en octobre 2012 avec la Chine.

Gérard Bon, édité par Jean-Stéphane Brosse

 
La centrale de Flamanville. Les députés écologistes demandent la création d'une commission d'enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur la filière nucléaire française après les ratés, selon eux, de l'EPR en Finlande, en Grande-Bretagne et en Chine. /Photo prise le 8 avril 2011/REUTERS/Benoît Tessier