Fugueuses: le parquet suit la piste de Notre-Dame-des-Landes

mercredi 26 décembre 2012 19h48
 

PARIS (Reuters) - Le parquet de Riom a dit mercredi enquêter pour déterminer si Camille et Geneviève, qui ont fugué de leur lycée le 4 décembre au Puy-en-Velay (Haute-Loire), ont rejoint Notre-Dame-des-Landes pour participer aux manifestations contre le projet d'aéroport.

"Des investigations sont en cours pour vérifier l'information selon laquelle elles se trouveraient à Notre-Dame-des Landes", a indiqué le parquet dans un communiqué diffusé alors que les parents des jeunes filles ont dénoncé le manque de moyens mis en oeuvre pour les retrouver.

Les parents des adolescentes, âgées de 17 ans et de 16 ans ont rendu publique une lettre adressée au parquet dans laquelle ils réclament le lancement d'une alerte d'ampleur nationale, avec notamment leur diffusion de leurs photos dans la presse.

Dans ce courrier, les parents confirment que les lycéennes, qui avaient profité d'un covoiturage pour Toulouse, envisageaient de se rendre à une manifestation à Notre-Dame-des-Landes.

Mais le parquet général de Riom souligne mercredi que les jeunes filles ont quitté volontairement le domicile familial et que ces faits n'entrent pas dans le cadre du dispositif "alerte enlèvement".

Les proches des fugueuses ont été entendues et leurs photographies ont été diffusées au niveau national à l'ensemble des services enquêteurs, qu'il s'agisse de la police ou des gendarmes, écrit le parquet, une mesure insuffisante selon les parents.

"Nous avions demandé à vos services de bien vouloir faire paraître leurs photos dans la presse nationale afin que la population puisse transmettre des indices aux enquêteurs pour retrouver nos enfants. Vous avez refusé par deux fois de faire cette démarche", écrivent-ils.

Gérard Bon, édité par Julien Ponthus