Des soldats sécurisent l'ambassade de France à Bangui

mercredi 26 décembre 2012 19h10
 

PARIS (Reuters) - François Hollande a ordonné mercredi la sécurisation des ressortissants français en République centrafricaine et de l'ambassade de France à Bangui, attaquée par des manifestants progouvernementaux s'inquiétant de la progression des rebelles qui menacent désormais la capitale.

Cette mission de sécurisation a été menée par un détachement de militaires français présents dans le pays dans le cadre de la mission Boali, a indiqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

"Intervenant en renfort des gendarmes français protégeant l'ambassade de France, ces forces sont parvenues à sécuriser l'emprise de l'ambassade et à rétablir le calme", dit-il dans un communiqué.

Dans le cadre de la mission Boali, environ 250 militaires basés à l'aéroport de Bangui assurent un soutien technique et opérationnel à la MICOPAX (Mission for the Consolidation of Peace in Central African Republic), sous mandat de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale, précise le ministère.

L'ambassade de France à Bangui a été attaquée à coups de pierres dans la matinée de mercredi par une centaine de personnes, dont certaines ont pénétré dans le jardin et déchiré le drapeau français.

Des manifestants accusaient la France de soutenir la rébellion, tandis que d'autres demandaient à Paris d'envoyer des troupes pour appuyer l'armée fidèle au président François Bozizé.

"Suite à la manifestation qui a pris pour cible ce matin, sans raison connue, l'ambassade de France à Bangui, le président de la République a demandé au ministre de la Défense de prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité de l'enceinte diplomatique et la protection de nos ressortissants en lien avec les autorités centrafricaines", a indiqué l'Elysée en début de soirée.

"Ces mesures ont été mises en œuvre dans les délais les plus courts et seront prolongées autant que nécessaire", ajoute le texte.

Le Quai d'Orsay estime à 1.200 le nombre de Français vivant en République centrafricaine, pour la plupart dans la capitale.

Selon plusieurs sources en Centrafrique, les rebelles étaient en fin d'après-midi autour de Damara, à 75 km au nord de la capitale.

Gérard Bon, édité par Jean-Stéphane Brosse

 
DES MILITAIRES FRANÇAIS SÉCURISENT L'AMBASSADE DE FRANCE À BANGUI