La Constitution égyptienne adoptée à 63,8%

mercredi 26 décembre 2012 07h32
 

par Yasmine Saleh et Maria Golovnina

LE CAIRE (Reuters) - Le projet contesté de Constitution égyptienne a été approuvé par 63,8% des voix exprimées lors du référendum des 15 et 22 décembre, a annoncé mardi soir la commission électorale, dont le résultat est conforme aux estimations diffusées depuis ce week-end.

La victoire du "oui" ouvre la voie à des élections législatives dans un délai de deux mois environ. Ce scrutin risque de nouveau de polariser l'Egypte entre le bloc islamiste, vainqueur des trois consultations électorales depuis la chute d'Hosni Moubarak, et une opposition disparate mais qui a resserré les rangs à l'occasion de la campagne référendaire.

Le président Mohamed Morsi, qui considère que le texte constitutionnel garantit une protection suffisante aux minorités, a souligné que son adoption rapide était nécessaire pour sortir de la longue et turbulente période post-révolutionnaire qui a mis à mal à l'économie du pays.

"J'espère que toutes les puissances de la nation vont se mettre à présent à travailler ensemble pour construire une nouvelle Egypte", a commenté Mourad Ali, un des cadres du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), émanation politique des Frères musulmans dont est issu Mohamed Morsi.

"Je la considère comme la meilleure constitution dans l'histoire de l'Egypte", a-t-il dit à Reuters.

Mais l'opposition ne se reconnaît pas dans une constitution qu'elle juge dangereuse pour les libertés, les droits des femmes et des minorités, dont les chrétiens coptes (10% de la population). "Il nous faut une meilleure Constitution. Celle-ci ne représente pas l'ensemble des Egyptiens", a réagi mardi soir Khaled Dawood, l'un des porte-parole de l'opposition.

SURMONTER LES DIVISIONS

A l'annonce des résultats officiels, un petit groupe de manifestants a incendié des pneus et bloqué la circulation près de la place Tahrir, le berceau du soulèvement contre Hosni Moubarak en janvier-février 2011.   Suite...

 
Décompte des bulletins de vote à Bani Sweif, à une centaine de kilomètres au sud du Caire. Le projet de Constitution égyptienne a été approuvé par 63,8% des voix exprimées lors du référendum des 15 et 22 décembre. /Photo prise le 22 décembre 2012/REUTERS