Le pouvoir égyptien en quête de stabilité

mardi 25 décembre 2012 15h56
 

par Shaimaa Fayed et Tamim Elyan

LE CAIRE (Reuters) - Avec la proclamation officielle des résultats du référendum sur la Constitution, le pouvoir égyptien espère clore mardi des mois de troubles politiques afin de s'attaquer aux graves difficultés économiques du pays.

Les décomptes officieux effectués par les Frères musulmans au pouvoir établissent que la nouvelle loi fondamentale a été approuvée par 64% des votants lors du référendum des 15 et 22 décembre, pour un taux de participation d'environ 33% et le résultat officiel, attendu à 17h00 GMT, ne devrait guère réserver de surprises.

Le président Mohamed Morsi considère que l'adoption de la Constitution, qui ouvrira la voie à des législatives dans un délai de deux mois, mettra un terme à la longue et turbulente période post-révolutionnaire qui a suivi la chute d'Hosni Moubarak en février 2011.

Mais certains commentateurs estiment que la méthode forte employée par le chef de l'Etat pour faire passer le texte n'a fait que galvaniser l'opposition, qui dénonce une constitution dangereuse pour les libertés, les droits des femmes et des minorités, dont les chrétiens coptes (10% de la population).

Le président ne pourra donc pas s'appuyer sur un consensus national pour affronter les problèmes économiques.

Le déficit budgétaire égyptien a atteint 11% du produit intérieur brut dans l'année fiscale à juin 2012 et devrait s'élever encore cette année à 10% du PIB. La dette publique représente 70% de la richesse nationale, un montant très élevé pour un pays en développement.

L'agence de notation américaine Standard & Poor's a abaissé lundi la note souveraine à long terme de l'Egypte, qui a limité les mouvements d'argent à 10.000 dollars afin d'atténuer la pression sur la livre égyptienne et de prévenir tout retrait d'argent massif de la part des épargnants.

STABILITÉ ET SÉCURITÉ   Suite...

 
Policiers égyptiens devant la Cour constitutionnelle à côté d'un portrait du président Mohamed Morsi, au Caire. Avec la proclamation officielle des résultats du référendum sur la Constitution, le pouvoir égyptien espère clore mardi des mois de troubles politiques afin de s'attaquer aux graves difficultés économiques du pays. /Photo prise le 23 décembre 2012/REUTERS/Khaled Abdullah