L'Egypte examine les recours après le référendum

lundi 24 décembre 2012 21h03
 

par Tamim Elyan

LE CAIRE (Reuters) - La commission judiciaire des élections s'est penchée lundi sur les recours déposés par l'opposition égyptienne, qui dénonce des fraudes et des irrégularités lors du référendum sur la nouvelle Constitution, après l'annonce dimanche de la victoire du "oui".

"La commission est en train de compiler les résultats des deux phases (du référendum) ainsi que les votes des Egyptiens de l'étranger et examine les recours", a déclaré à Reuters le juge Mahmoud Abou Choucha, membre de la commission judiciaire chargée de surveiller le bon déroulement du scrutin.

Le juge Abou el Matti, qui préside la commission, a de son côté annoncé à la radio et la télévision publiques que les résultats seraient officiellement donnés mardi, à 19 heures locales (17h00 GMT).

Une source au sein de la commission a précisé que "ce ne (serait) pas très différent des résultats non officiels, dans les 60% pour le oui".

Selon des résultats officieux proclamés dimanche par un responsable des Frères musulmans, près de 64% des Egyptiens se sont prononcés en faveur d'une nouvelle Constitution lors du référendum dont la seconde phase se déroulait samedi.

Les sondages à la sortie des urnes du Front de salut national (FSN), la principale coalition de l'opposition, confirment également la victoire du "oui", selon un de ses responsables.

Mais les opposants ont néanmoins réclamé une enquête complète sur un scrutin qu'ils estiment entaché par une série de fraudes et d'irrégularités, au premier comme au second tour.

Le vote a en outre été marqué par une participation beaucoup plus faible qu'attendu, puisqu'un tiers seulement des 51 millions d'électeurs appelés à se prononcer se sont déplacés.   Suite...

 
La commission judiciaire ad hoc s'est penchée lundi sur les recours déposés par l'opposition égyptienne, qui dénonce des fraudes et des irrégularités lors du référendum sur la nouvelle Constitution, après l'annonce dimanche de la victoire du "oui". /Photo prise le 22 décembre 2012./REUTERS