Alain Afflelou dénonce "une guerre de tranchées"

samedi 22 décembre 2012 16h12
 

PARIS (Reuters) - Tout en se défendant de quitter le pays pour des raisons d'impôts, Alain Afflelou a estimé samedi que la fiscalité qui pèse sur les entrepreneurs français était "injuste" et "confiscatoire", évoquant une "guerre des tranchées" entre gouvernement et chefs d'entreprise.

Le président et fondateur du groupe lunetier français a annoncé cette semaine qu'il allait s'installer à Londres pour une durée déterminée à la demande de son nouvel actionnaire majoritaire, le fonds britannique Lion Capital.

L'objectif est de développer l'entreprise sur de nouveaux marchés d'Europe du Nord, a-t-il fait savoir.

"Je ne pars pas pour ne pas payer d'impôts", a répété samedi sur RTL la 204e fortune française. La fiscalité sur les entrepreneurs "est injuste parce qu'elle est confiscatoire", a-t-il toutefois ajouté.

"On est en train de faire une guerre de tranchées, on est en train de revenir en 1789, il faut arrêter de dire que les chefs d'entreprise sont des voleurs, sont des voyous, sont des gens malhonnêtes", a poursuivi Alain Afflelou, dénonçant "le regard" et les "jugements" portés sur "les hommes et les femmes qui réussissent".

Le débat grossit en France sur l'exil fiscal annoncé ou supposé de plusieurs fortunes nationales, dont le comédien Gérard Depardieu, depuis que le pouvoir socialiste a instauré une nouvelle tranche d'imposition à 75% pour les revenus annuels supérieurs à un million d'euros.

En juin, le Premier ministre britannique, David Cameron, s'était dit prêt à dérouler "le tapis rouge" aux entreprises françaises désireuses de s'installer au Royaume-Uni pour des raisons fiscales.

Chine Labbé