2012: une année faste pour Marine Le Pen

samedi 22 décembre 2012 09h45
 

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen s'est imposée en 2012 comme un acteur incontournable de la vie politique française, même si elle n'est pas parvenue à briser le "plafond de verre" lui permettant d'aspirer au pouvoir, un objectif qu'elle revendique crânement.

La présidente du Front national, qui a succédé à Jean-Marie Le Pen en janvier 2011, a en effet permis au FN de s'affirmer comme la troisième force politique française, en corrigeant l'image extrémiste portée par son père.

"Indéniablement, elle sort renforcée de l'année 2012", souligne Damien Philippot, de l'Ifop.

"Son score à la présidentielle (près de 18%, un record pour le FN également en nombre de voix), le bon niveau atteint par son parti aux législatives et le retour, même modeste, du FN à l'Assemblée sont des indicateurs électoraux qui traduisent une dynamique positive sur le long terme", ajoute-t-il.

Marine Le Pen est également parvenue à jouer de son influence sur le positionnement de ses concurrents, poussant Nicolas Sarkozy à radicaliser ses positions en légitimant ainsi certaines thèses du FN.

Au chapitre des déceptions, figurent sans doute les législatives à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle a été battue sur le fil (118 voix) par le candidat socialiste, sans parvenir à faire invalider le scrutin.

Mais en terme de popularité, Marine Le Pen finit l'année à 37% de bonnes opinions (selon le baromètre Ifop Paris-Match de décembre), proche de son record atteint en juillet 2012 (39%).

Les intentions de vote présidentielles réalisées en octobre 2012 par le même institut la mettent à 19,5%, un score supérieur à celui de la dernière élection.   Suite...

 
Marine Le Pen s'est imposée en 2012 comme un acteur incontournable de la vie politique française, même si elle n'est pas parvenue à briser le "plafond de verre" lui permettant d'aspirer au pouvoir, un objectif qu'elle revendique crânement./Photo prise le 23 septembre 2012/REUTERS/Stéphane Mahé