Deuxième jour de référendum en Egypte sur la Constitution

samedi 22 décembre 2012 17h30
 

par Edmund Blair et Shaimaa Fayed

LE CAIRE (Reuters) - Les opérations de vote ont été prolongées samedi de quatre heures en Egypte pour le second jour du référendum sur un projet de Constitution, défendu par les islamistes, soutiens du président Mohamed Morsi, et combattu par l'opposition laïque et chrétienne.

Le scrutin, qui a débuté à 08h00 (06h00 GMT), sera finalement clos à 23h00 (21h00 GMT) en raison de la forte participation. Des estimations indépendantes devraient être données quelques temps après, même si les résultats officiels ne devraient pas être annoncés avant lundi par la commission électorale.

La victoire du "oui" ne fait guère de doute puisque la seconde journée de vote a lieu dans des régions rurales acquises aux islamistes, alors que 57% des électeurs se sont déjà prononcés le 15 décembre pour la Constitution, selon des estimations non officielles.

Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme ont néanmoins dénoncé des fraudes et de nombreuses irrégularités, comme l'inscription d'électeurs fictifs ou une ouverture tardive de certains bureaux de vote.

Le Front de salut national (FSN), la principale coalition d'opposants, a exigé un nouveau scrutin, mais la commission chargée d'enquêter sur les irrégularités n'a pas constaté de fraudes importantes.

Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), l'émanation des Frères musulmans dont est issu Mohamed Morsi, affirment que l'adoption de la Constitution est nécessaire pour entériner la victoire de la démocratie, à la suite de la révolution qui a chassé du pouvoir l'ancien président Hosni Moubarak en février 2011.

"Nous devons tendre la main à Morsi pour l'aider à stabiliser le pays", a estimé samedi Hicham Kamal, un comptable ayant voté "oui".

DES ÉLECTIONS D'ICI DEUX MOIS   Suite...

 
File d'attente devant un bureau de vote à Gizeh. Les opérations de vote ont été prolongées samedi de quatre heures en Egypte pour le second jour du référendum sur un projet de Constitution, défendu par les islamistes, soutiens du président Mohamed Morsi, et combattu par l'opposition laïque et chrétienne. /Photo prise le 22 décembre 2012/REUTERS/Khaled Abdullah