Bernard Tapie s'en prend à Arnaud Montebourg

vendredi 21 décembre 2012 23h57
 

PARIS (Reuters) - Bernard Tapie a reproché vendredi au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg d'avoir voulu l'empêcher de reprendre les quotidiens du groupe Hersant du sud de la France et a nié nourrir des ambitions politiques à Marseille.

Prié de dire, sur i>TELE, si l'Elysée avait tenté de s'opposer à son projet, Bernard Tapie a répondu qu'il n'avait de certitude qu'à propos d'Arnaud Montebourg.

"Ce qui est certain, c'est que le cabinet du ministre (...) Montebourg était aux manettes. Son cabinet, directement, était à la manoeuvre", a-t-il affirmé.

"C'est d'ailleurs ça la vertu de M. Montebourg, c'est qu'il ne se cache pas, c'est un homme qui pense les choses, il les dit, il s'en vante", a-t-il ajouté.

Sur France 2, Bernard Tapie avait auparavant avancé que "tout l'appareil d'Etat" était prêt à favoriser la candidature rivale du groupe belge Rossel "en lui prêtant 50 millions d'euros".

Bernard Tapie a expliqué qu'il ne s'agissait pas d'une critique d'Arnaud Montebourg mais d'une conception différente de l'économie.

"Il a une vision de l'économie qui est entièrement dirigée, organisée, phagocytée. Ça n'a jamais marché et c'est pour ça qu'il a tort", a-t-il estimé.

Dans un communiqué publié vendredi soir, Arnaud Montebourg récuse les accusations de l'homme d'affaires, affirmant que "l'offre de l'alliance Tapie-Hersant n'a bénéficié d'aucun traitement de faveur ou de défaveur de la part de la République".

"Le ministère du Redressement productif tient à rappeler que, dans le dossier Hersant, ses équipes et notamment le CIRI (le comité interministériel de restructuration industrielle), ont travaillé, comme toujours et conformément à sa déontologie, avec beaucoup de sérieux au côté des différents repreneurs en compétition", écrit-il.   Suite...

 
Bernard Tapie, jeudi, à sa sortie du quotidien Nice-Matin. L'homme d'affaires a reproché vendredi au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg d'avoir voulu l'empêcher de reprendre les quotidiens du groupe Hersant du sud de la France et a nié nourrir des ambitions politiques à Marseille. /Photo prise le 20 décembre 2012/REUTERS/Eric Gaillard