Enlèvement d'un Français travaillant au Nigeria

jeudi 20 décembre 2012 15h01
 

KANO, Nigeria (Reuters) - Un ressortissant français travaillant pour le groupe d'énergies renouvelables Vergnet a été enlevé mercredi soir dans le nord du Nigeria, a-t-on appris jeudi auprès de la police locale et de l'entreprise.

Le groupe a annoncé avoir immédiatement "pris des mesures de sécurité supplémentaires pour l'ensemble de ses salariés présents à l'étranger". Il précise être "en étroite relation" avec les services du ministère des Affaires étrangères et l'ambassade de France au Nigeria.

L'entreprise construit actuellement une ferme éolienne dans l'Etat de Katsina, dans le nord du pays, près de la frontière avec le Niger.

Le salarié a été kidnappé lors de l'attaque, par une trentaine d'hommes armés, de la résidence où logent les ingénieurs de la société, à Rimi, à 25 km de la ville de Katsina, a dit Aminu Sadiq Abubakar, porte-parole de la police.

Un policier et un agent de sécurité chargé de la protection des ingénieurs ont été tués lors de l'assaut. Le poste de police de la localité a été attaqué avec des explosifs et des détenus ont été libérés, a-t-il ajouté.

Un Britannique et un Italien, qui avaient été enlevés en mai 2011 dans la zone frontière avec le Niger et le Bénin, ont été tués en mars dernier par leurs ravisseurs lors d'une opération visant à les libérer.

Londres a classé officiellement le mois dernier un groupe islamique basé au Nigeria comme organisation terroriste, soulignant ses liens avec Al Qaïda.

Outre le prestataire du groupe Vergnet, huit Français sont détenus sur le sol africain, sept au Sahel et un en Somalie.

Créé en 1988, le groupe Vergnet dit avoir installé à ce jour plus de 700 éoliennes et alimenter en eau plus de 50 millions de personnes. Il possède onze implantations dans le monde et regroupe environ 300 collaborateurs.

Isaac Abrak, avec John Irish et Gérard Bon à Paris, édité par Gilles Trequesser

 
UN FRANÇAIS ENLEVÉ AU NIGERIA DANS L'ÉTAT DE KATSINA