Marie Humbert déçue par le rapport Sicard sur la fin de vie

mardi 18 décembre 2012 09h49
 

PARIS (Reuters) - Marie Humbert, qui a aidé son fils tétraplégique Vincent à mourir en 2003 comme il le réclamait, a exprimé sa déception sur Europe 1 mardi après la publication des premières conclusions du rapport Sicard sur la fin de vie.

Selon le quotidien La Croix, qui a pu consulter le rapport qui doit être remis à François Hollande dans la matinée, celui-ci "entrouvre la porte au suicide assisté".

"Très prudent concernant l'aide active à mourir", le professeur Didier Sicard "considère néanmoins que l'assistance au suicide peut être envisagé dans certains cas de maladie incurable et évolutive", écrit le quotidien.

Selon La Croix, la mission recommande notamment l'amélioration de la formation médicale afin de favoriser "l'intégration d'une compétence en soins palliatifs dans toute pratique clinique" mais ne recommande pas "de prendre de nouvelles dispositions législatives en urgence sur les situations de fin de vie".

Dans une interview accordée à Europe 1, Marie Humbert se dit "énormément déçue" et considère "un petit peu stupide" la piste du suicide assisté.

"Honnêtement, j'attendais beaucoup du nouveau gouvernement en me disant que peut-être que maintenant, les gens vont se pencher sérieusement sur le problème. Je me rends compte qu'on est encore parti pour cinq ans", a-t-elle déclaré. "Ce que je voudrais, (...) c'est pouvoir justement aider ceux qui ne peuvent pas le faire."

Revenant sur la mort de son fils, Marie Humbert confie qu'elle n'est toujours pas apaisée.

"Je suis toujours en relation avec beaucoup de mamans et malheureusement, il y en a encore beaucoup qui comme moi, sont obligées de mettre fin à la vie de leurs enfants mais en douce, avec des médecins sympas qui les aident. Et croyez-moi, c'est un secret que ces mamans doivent garder pour elles-mêmes et qui est très difficile à supporter."

Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André

 
<p>Marie Humbert, &agrave; son arriv&eacute;e au tribunal de p&eacute;rigueux en mars 2007. Marie Humbert, qui a aid&eacute; son fils t&eacute;trapl&eacute;gique Vincent &agrave; mourir en 2003 comme il le r&eacute;clamait, a exprim&eacute; sa d&eacute;ception sur Europe 1 mardi apr&egrave;s la publication des premi&egrave;res conclusions du rapport Sicard sur la fin de vie. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>