Hollande cherche à calmer le jeu sur l'exil de Depardieu

lundi 17 décembre 2012 19h39
 

CHATEAU-RENAULT, Indre-et-Loire (Reuters) - François Hollande a refusé lundi de "blâmer" l'exil fiscal de l'acteur Gérard Depardieu en Belgique et a pris ses distances avec les critiques de son gouvernement, préférant louer les mérites des Français qui paient leurs impôts dans leur pays.

L'affaire a fait des vagues, Gérard Depardieu ayant laissé entendre qu'il pourrait demander la nationalité belge après que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault eut qualifié d'"assez minable" son choix de devenir résident fiscal belge.

"Moi, plutôt que blâmer tel ou tel, je veux saluer le mérite de ceux qui font certes beaucoup mais qui acceptent de payer leurs impôts en France, de produire en France, de faire travailler en France et de servir leur pays", a dit le président lors d'un déplacement à Château-Renault (Indre-et-Loire).

"C'est ceux-là auxquels il faut s'adresser en leur disant merci pour cette conception patriotique. Parce que nous avons besoin de tout le monde dans cette période, des salariés, des actionnaires, des dirigeants, de tous ceux qui ont envie que leur pays soit fort, soit juste."

Auparavant, Jean-Marc Ayrault avait amorcé un recul, se défendant d'avoir critiqué la personne de Gérard Depardieu.

"Je n'ai pas traité de minable M. Depardieu. J'ai dit que ça avait un côté minable effectivement" d'établir sa résidence en Belgique pour payer moins d'impôts, a-t-il dit lors d'un déplacement à Clermont-Ferrand.

La polémique a pris de l'ampleur depuis dimanche, l'opposition de droite reprochant de faire de l'acteur un bouc émissaire, alors qu'il est peut-être "l'arbre qui cache la forêt" des exilés fiscaux.

Selon la Commission des naturalisations belge, citée par le Figaro.fr, les Français sont 15 à 20% plus nombreux depuis la rentrée à poser en urgence une demande de nationalité belge et, au total, les noms de quelque 500 ressortissants de l'Hexagone figurent aujourd'hui sur les listes d'attente.

Dans une lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault, publiée dimanche Gérard Depardieu, 63 ans, rappelle qu'il a commencé à travailler à l'âge de 14 ans et assure avoir toujours payé ses taxes et ses impôts.   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande a refus&eacute; lundi de "bl&acirc;mer" l'exil fiscal de l'acteur G&eacute;rard Depardieu en Belgique, pr&eacute;f&eacute;rant louer les m&eacute;rites des Fran&ccedil;ais qui paient leurs imp&ocirc;ts dans leur pays. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Charisius</p>