La faible avance du "oui" encourage l'opposition égyptienne

lundi 17 décembre 2012 12h10
 

par Edmund Blair

LE CAIRE (Reuters) - Le président Mohamed Morsi semble assuré de l'adoption d'une nouvelle Constitution clairement islamiste pour l'Egypte, mais par une marge trop faible pour pavoiser et qui pourrait au contraire encourager l'opposition en vue des prochaines élections législatives.

Les Frères musulmans, la confrérie islamiste dont est issu le chef de l'Etat, ont annoncé dimanche que le "oui" au projet de loi fondamentale était en tête avec environ 57% des voix au terme de la première journée du référendum, une avance que la seconde journée, samedi prochain, devrait amplifier car les régions concernées sont réputées plus favorables aux islamistes.

L'opposition laïque et libérale, qui rejette un projet liberticide trop empreint de principes religieux, a dénoncé de nombreuses irrégularités et soutient que même si le "oui" l'emporte, une majorité simple ne suffira pas à légitimer un texte devant faire l'objet d'un consensus.

"Les résultats du référendum ne mettront pas fin à la polarisation de la politique égyptienne", observe Moustapha Kamal al Sayyid, professeur de science politique à l'université du Caire.

Une fois franchi l'obstacle de la Constitution, un autre défi de taille attendra en effet Mohamed Morsi, rappelle le politologue : la mise en oeuvre de mesures économiques d'urgence pour réduire le déficit budgétaire, qui "requièrent un consensus national".

L'OPPOSITION CIBLE L'ÉCONOMIE

Une semaine avant le référendum, le chef de l'Etat a bien tenté de mettre en oeuvre une hausse des taxes, mais le projet, portant sur un éventail de biens et services comme le tabac, les appels téléphoniques ou les boissons alcoolisées, a été repoussé sine die devant les vives critiques qu'il a suscitées dès sa parution au Journal officiel.

Son Premier ministre a promis un "dialogue national" pour assurer la population de la détermination du gouvernement à protéger les catégories modestes, mais Mohamed Morsi doit aller vite pour appliquer ces mesures réclamées par le Fonds monétaire international en échange d'une aide vitale de 4,8 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros).   Suite...

 
<p>D&eacute;compte des bulletins apr&egrave;s la premi&egrave;re journ&eacute;e de r&eacute;f&eacute;rendum sur la Constitution &eacute;gyptienne, &agrave; Zagazig, au nord-est du Caire. Le pr&eacute;sident Mohamed Morsi semble assur&eacute; de l'adoption d'une nouvelle Constitution clairement islamiste pour l'Egypte. Mais la faible marge de cette victoire pr&eacute;visible pourrait encourager l'opposition en vue des prochaines &eacute;lections l&eacute;gislatives. /Photo prise le 15 d&eacute;cembre 2012/REUTERS</p>