14 décembre 2012 / 21:33 / il y a 5 ans

Fusillade meurtrière dans une école élémentaire du Connecticut

<p>Des proches de victimes de la tuerie de l'&eacute;cole &eacute;l&eacute;mentaire de Newtown, dans le Connecticut. Un homme lourdement arm&eacute; a ouvert le feu vendredi matin dans l'&eacute;cole, tuant au moins 26 personnes, dont 20 enfants. /Photo prise le 14 d&eacute;cembre 2012/Adrees Latif</p>

par Chris Kaufman

NEWTOWN, Connecticut (Reuters) - Un homme lourdement armé a ouvert le feu vendredi matin dans une école élémentaire de Newtown, dans le Connecticut, tuant 26 personnes, dont 20 enfants, dernière tuerie en date d'une année 2012 particulièrement meurtrière aux Etats-Unis.

L'auteur présumé de la tuerie, qui était muni de quatre armes et d'un gilet pare-balles selon plusieurs organes de presse, a été retrouvé mort dans le bâtiment de l'école élémentaire Sandy Hook, a annoncé la police du Connecticut.

Selon la police, 18 enfants ont trouvé la mort sur les lieux-mêmes de la fusillade et deux autres sont décédés des suites de leurs blessures à l'hôpital. Six adultes ont également été tués dans l'école. Une personne liée au suspect a par ailleurs été retrouvée morte sur une scène de crime "secondaire" non loin de l'école, qui accueille des enfants de cinq à dix ans.

Nichée dans la verdure, Newtown est petite ville aisée de 27.000 habitants, située à 130 kilomètres environ au nord-est de New York.

Selon le récit du New York Times, le tueur, âgé vraisemblablement d'une vingtaine d'années, est entré dans la salle de classe où sa mère enseignait, l'a abattue, puis a tué 18 enfants avant de tuer cinq autres adultes et de se suicider. Le drame s'est produit alors que les enfants gagnaient leurs salles de classe en début de matinée.

La tuerie de Newtown est l'une des plus graves de l'histoire des Etats-Unis. Certains témoins disent avoir entendu jusqu'à 100 coups de feu. Ce septième drame de l'année ne manquera pas de relancer le débat sur le port d'armes aux Etats-Unis.

Dans une courte intervention télévisée, le président Barack Obama, réprimant ses larmes, a appelé à l'action pour éviter à l'avenir de nouvelles tragédies de ce type sans pour autant se prononcer pour un renforcement du contrôle des armes à feu.

"Nos coeurs sont brisés aujourd'hui", a-t-il dit. "La majorité de ceux qui sont morts aujourd'hui étaient des enfants, de beaux enfants, des petits enfants âgés de cinq à dix ans. Ils avaient la vie devant eux: des anniversaires, des diplômes, des mariages, leurs propres enfants à venir", a-t-il déclaré, la voix empreinte d'émotion.

Les Etats-Unis ont trop souvent vécu des fusillades comme celle-ci, a-t-il dit. "Et nous allons devoir nous réunir et entreprendre une action significative pour éviter de nouvelles tragédies comme celle-ci sans nous soucier de politique."

Le président a ordonné que le drapeau américain soit mis en berne à la Maison blanche et sur tous les bâtiments publics du pays jusqu'au 18 décembre au soir.

ENSANGLANTÉS

L'alerte a été donnée à 09h30 du matin, a précisé le lieutenant Paul Vance, de la police du Connecticut.

"C'était terrible", a déclaré Brenda Lebinski venue à l'école récupérer sa fille. "Tout le monde était hystérique, parents, élèves. Il y avait des enfants qui sortaient de l'école ensanglantés. Je ne sais pas s'ils avaient été touchés, mais ils étaient couverts de sang."

Elle a raconté qu'une mère et amie qui se trouvait dans l'enceinte de l'école durant la fusillade lui avait dit qu'un "homme masqué" était entré dans le bureau du directeur et l'avait peut-être abattu. "Le directeur était gravement blessé", a déclaré Brenda Lebinski.

L'instituteur de la fille de Brenda Lebinski a "immédiatement fermé la porte de la classe à clé et mis tous les enfants dans un coin de la classe".

"Tout le monde pleurait", a raconté Alexis Wasik, huit ans, qui se trouvait dans l'école quand les coups de feu ont éclaté. "J'ai eu un peu peur et j'ai eu mal au ventre", a-t-il simplement ajouté.

Une fillette interrogée par NBC Connecticut a dit avoir entendu sept déflagrations très fortes alors qu'elle se trouvait en cours d'éducation physique. "Un policier est entré et nous a dit de sortir en courant, ce que nous avons fait", a déclaré la fillette.

"On n'est jamais préparé à ce genre d'incident", a déclaré le gouverneur du Connecticut Dannel Malloy à la presse. "Ce qui s'est passé, ce qui s'est produit dans cette école laissera sa marque dans la communauté et sur chaque famille."

D'après CBS, une personne est en garde à vue après avoir été interpellée dans les bois près de l'école, vêtue d'un pantalon de camouflage. Selon CNN, la police ne le considère pas comme un suspect.

Plusieurs fusillades meurtrières ont eu lieu cette année aux Etats-Unis, la dernière en date ayant fait trois morts, dont le tireur, dans un centre commercial de Portland, dans l'Oregon, le 12 décembre. La plus meurtrière jusqu'alors s'était soldée par douze morts et 58 blessés en juillet dans un cinéma d'Aurora, dans le Colorado.

La tuerie la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis a eu lieu en 2007 à l'université de Virginia Tech, à Blacksburg, en Virginie. Un homme avait tué 32 personnes avant de se suicider.

Dans une lettre au président Barack Obama, François Hollande s'est dit "horrifié" et lui a exprimé les condoléances du peuple français. "En ce moment si douloureux pour les Etats-Unis, je vous adresse mes condoléances attristées, en mon nom personnel et au nom du peuple français", a ajouté le chef de l'Etat.

Avec Dan Burns, Chris Francescani, Paul Thomasch et Jeff Mason; Julien Dury, Henri-Pierre André et Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below